Vous êtes ici : Accueil  > 

Juliette Dubois et ses ciné-balades


Juliette Dubois propose plusieurs ciné-balades :

Quel est votre parcours ?

J’ai étudié l’Histoire puis me suis spécialisée en Histoire du Cinéma à Paris I – Sorbonne. Une expérience de trois ans dans la production cinématographique m’a également permis de bien connaître le fonctionnement des tournages et leur préparation.

Pourquoi le cinéma ? Comment sont nées les ciné-balades ?

En même temps qu’ils sont générateurs de rêves, les films sont riches d’enseignements sur l’histoire d’un quartier et sur ses habitants. Le cinéma  permet aussi de faire le pont entre différents arts et techniques. Ciné-Balade est né du désir de proposer une nouvelle façon de découvrir la ville en utilisant toutes les ressources que le cinéma sait offrir.

Puis, il y a six ans maintenant, je me suis donc lancée dans ce projet qui n’existait pas et qui me permettait de mêler mes passions : les villes, leur histoire et le cinéma. J’élabore des circuits pour grands amoureux du cinéma ou pour amateurs simplement désireux de découvrir des lieux de façon plus insolite.

En mêlant films grand public et vraies découvertes, vieux cinéma et derniers tournages, j’arpente Paris et bientôt la banlieue en compagnie de touristes et de franciliens avec qui je partage mon enthousiasme et mes extraits de films sur tablette !

Comment construisez-vous vos balades, véritables découvertes d'un quartier à travers le cinéma ?

Afin de construire mes visites, je dois d’abord trouver des décors et des lieux liés au cinéma. Je me documente donc en bibliothèque, sur internet et en prenant des notes lorsque je regarde des films afin d’enrichir ma base de données de lieux de tournage. Pour certaines zones, les informations sont plus difficiles à obtenir. Pour Paris, j’ai pu m’adresser, à une ou deux reprises, à la Mission Cinéma et pour la visite que je prépare à Montreuil, j’ai contacté la responsable des autorisations de tournage de la ville. Ce sont des exemples. Il m’arrive aussi parfois de faire appel à des régisseurs pour les films plus récents. Toute source est bienvenue.

À partir de là, je répertorie l’ensemble sur un plan et je définis les zones qui me semblent les plus intéressantes en fonction de la concentration des informations que j’y ai noté (décors de tournage, lieux liés à l’histoire du cinéma, lieux encore en activité, adresses liées à des personnalités, etc.). Je fais ensuite mon repérage sur place et je complète, réorganise voire modifie mon circuit en fonction de ce que j’y trouve. Les participants doivent aussi prendre plaisir à faire la balade. Il faut donc que l’environnement soit agréable, qu’il y ait des choses à regarder même si elles ne sont pas liées au cinéma. Je complète alors mes informations avec celles liées à l’histoire du quartier. Si le cinéma peut être une entrée pour en parler, c’est encore mieux.

Vous construisez actuellement une ciné-balade sur Montreuil, la ville des premiers studios de cinéma. Comment décririez-vous cette balade ?

Dans le cadre de mon master et pour mon mémoire, je me suis particulièrement intéressée au cinéma des premiers temps si bien que j’ai un attachement tout particulier pour les pionniers du cinéma. Le réalisateur Georges Méliès ayant édifié les tous premiers studios de cinéma au monde à Montreuil, j’ai immédiatement identifié la ville au cinéma.

Je savais aussi qu’il y avait les studios Pathé/Albatros très actifs au début du siècle dernier et j’ai appris récemment que l’inventeur du dessin animé, Emile Reynaud, y était né. Montreuil a été véritablement un témoin du développement du cinéma.

Qu'est-ce que vous avez envie de montrer dans cette balade ?

Ce que je veux montrer aussi, c’est que c’est une ville qui reste très active en matière de cinéma : tournages nombreux de films et de séries françaises ou étrangères, une salle de cinéma réputée, des sociétés de production, ateliers, studios, réalisateurs et acteurs attachés à la ville, etc.

Plus de balades et promenades guidées à Paris


Site par ID-Alizés