Vous êtes ici : Accueil  > Nos visites  > Micro aventure

Balade à Villetaneuse, de la cité-jardin Blumenthal à la Butte-Pinson

Square Blumenthal - Cité-jardin Blumenthal - Epinay-sur-Seine

Village maraîcher au tournant du siècle, bourg ouvrier dans les années trente, ville atelier du célèbre sculpteur César entre 1954 et 1965, ville propice à la création féminine dans le domaine de l'architecture dans les années 70, ville où l'on pouvait croiser des têtes d'affiches aux Studios Vogue jusque dans les années 80, la ville de Villetaneuse a vu naitre des programmes architecturaux variés et novateurs empreints de réflexions sociales. Entre patrimoine passé, architecture moderne et sites naturels, partons à la découverte des richesses de Villetaneuse !

Partons pour une balade à pied à Villetaneuse – entre architectures au féminin et logements contemporains – de la cité-jardin Blumenthal à la Butte Pinson. Nous allons traverser la ville de Villetaneuse mais démarrerons et arriverons dans une commune limitrophe, Epinay et Pierrefitte.

  • Départ
    EPINAY-SUR-SEINE
  • Arrivée
    VILLETANEUSE
  • Distance
    4,00 km

Cité-jardin Blumenthal
La cité-jardin Blumenthal est l’une des premières cités-jardins de France. Elle a été construite par Georges Vaudoyer à la demande du riche négociant industriel Willy Blumenthal dans le but d’y loger ses ouvriers et employés. Proche dans sa forme et sa philosophie du logement patronal, il fonde à la veille de la 1ère guerre mondiale la société anonyme" Les Cités-jardins d’Épinay", dont le but est de construire des pavillons jumelés ou groupés par 4 avec un "maximum de confort" dont des qualités hygiénistes et un "minimum de redevances", formant un ensemble constitué de 173 lots d’environ 220 m². L’ensemble, constitué de 300 pavillons et 34 appartements répartis sur 2 immeubles, est depuis devenu intégralement privé.
Tour des jeunes mariés
Tour de 15 étages, elle a été érigée à l’aube des années 70 dans une volonté d’accompagner l'essor et le développement démographique en Île-de-France. Construite en trois exemplaires identiques dans la région parisienne, à Cergy-Pontoise, Noisiel, et ici Villetaneuse, elle était en effet destinée à l’origine à des jeunes couples mariés, dans une logique d'habitat moderne et transitoire avant d'accéder à un logement familial.
Les studios Vogue
Des grands noms de la chanson se sont succédé aux studios Vogue de Villetaneuse : Sydney Bechet, Johnny Hallyday, Jacques Dutronc. L’industrie du disque à Villetaneuse débute à l’usine La Nobel, spécialisée dans le façonnage de la bakélite et des matières plastiques. En 1955, Charles Doll, ancien contremaître à La Nobel, s’associe avec la jeune maison de disques Vogue, créée en 1948 par trois collectionneurs de jazz, pour créer son unité de production. Cette collaboration fructueuse durera trente ans jusqu’à la liquidation judiciaire en 1987 dût entre autre à l’arrivée du CD. Elle est alors la seule usine française à maîtriser l’ensemble de la chaîne de fabrication du disque vinyle et des cassettes audio. Près de quatre millions de disques y sont pressés chaque mois.
Campus de Villetaneuse - Université Paris 13

Dans les années 60 et suite au démantèlement de l’ancienne Université de Paris en 1968, les universités parisiennes envisagent de quitter la capitale pour s’installer en banlieue faute de place. L’université Paris 13 fut ainsi créée dès 1971 par Hogna Sigurdardottir-Anspach (1929-2017), architecte islandaise, en collaboration avec son ami rencontré aux Beaux-Arts Adrien Fainsilber.

Elle ne cesse de s’agrandir depuis et accueille 2 400 étudiant.es dans différents domaines. L'idée fondamentale réside dans une rue principale piétonne qui pénètre l'université et continue à travers la ville, créant un trait d'union entre l'ancien bourg au nord et les développements au sud.

Passerelle en bois
Pour continuer la balade, empruntez la passerelle en bois. Celle-ci a été construite par l’agence d’architecture DVVD en 2014. Elle relie l’université avec la ville. Elle a une forme végétale et ressemble à une feuille qui s’enroule pour ensuite se dérouler.
Logements Renée Gailhoustet
Renée Gailhoustet réalise en 1996, après les logements de la Maladrerie à Aubervilliers (1974-1984), ceux de l’îlot basilique dans le centre-ville de Saint-Denis (1985), et la rénovation du centre-ville d’Ivry-sur-Seine, des logements rue Etienne-Fajon. Elle a essentiellement consacré sa carrière d’architecte au logement ; ses recherches restent étroitement liées à celles de Jean Renaudie dont elle partage les convictions.
L'hôtel de ville de Villetaneuse
L'ancienne mairie avait été construite en 1838 pour servir à la fois d'Hôtel de ville, et d'école des garçons aux 400 habitants que la commune comptait alors. Régulièrement étendue, elle a accueilli l’école des filles, puis le bureau de poste, ouvert en 1939. Au fil du temps, avec l’augmentation de la population dans les années 1990, le bâtiment s’avère trop petit pour une ville de 12 000 habitant.e.s  L'édification d'une nouvelle mairie devenait indispensable. Chose faite par l’architecte Nina Schuch (1932-2018) sur d'anciens terrains agricoles qui avaient été expropriés par l'Etat pour l'Université, où se mêlent friches, pivoines et arbres fruitiers. Elle sera inaugurée par Jacques Poulet, son successeur, le 25 septembre 1993.
Église Saint-Liphard
L’église Saint-Liphard est attestée depuis le début du XIIIe siècle, située en face de du château. Reconstruite entre 1855 et 1857, elle a été représentée par le peintre Maurice Utrillo, habitant des villes voisines de Pierrefitte et Montmagny en 1907.
Cité Renaudie
Architecte visionnaire, Jean Renaudie (1925-1981) redessine le centre-ville en 1982. Marquant une étape dans le développement du centre-ville de Villetaneuse, le projet s’inscrit dans une volonté plus globale de la ville de créer une zone d’aménagement concerté (ZAC), destinée à permettre la création d’un nouveau centre-ville correspondant aux besoins d’une ville en pleine croissance. Cette cité remplace les habitations insalubres du vieux centre démolies à la fin des années 1970. Il imagine 127 appartements tous différents dans des ensembles en étoile ouvrant sur des espaces verts privatifs, en rupture avec les tours et barres alors très répandues.
Maison Bourgeoise à Villetaneuse

Cette grande demeure bourgeoise de style anglo-normand datant de la fin du XIXe siècle aurait appartenue à un notable aisé de Villetaneuse, propriétaire de carrières de gypse. En 1896, la commune compte en effet trois carrières où travaillent près de 150 ouvriers. A l’intérieur, on trouve une décoration raffinée avec des plafonds à caissons pleins, ornés de feuilles d’acanthe et de chêne, un escalier de bois sculpté et des portes décorées de vitraux. Ce luxe traduit une aisance matérielle, inhabituelle pour cette petite ville rurale et ouvrière.

Acquis et réhabilité par la commune, le Château accueille, depuis 1984, le Centre d’initiation culturelle et artistique de Villetaneuse (CICA).

Parc de la Butte Pinson

Juché sur les hauteurs boisées de Villetaneuse, le parc est constitué de plus de 120 hectares gérés par l'Agence des Espaces verts d'Île-de-France. Pierrefitte-sur-Seine partage avec Villetaneuse les richesses géographiques et géologiques que recèle la butte. A l’époque, c’est elle qui a attiré les premiers villageois grâce au bois de Richebourgs, gorgé de gibiers et ses arbres qui servaient à la construction des maisons et à l’alimentation en bois pour se chauffer. Au début du XXe siècle, de nombreuses guinguettes y étaient installées.

Site par ID-Alizés