Vous êtes ici : Accueil  > Nos visites  > Nos guides

Anouk Colombani


Entre histoire et philosophie, Anouk Colombani s'intéresse à la mémoire populaire. Elle raconte à la fois l'histoire des lieux et l'histoire des gens qui ont peuplé ces lieux, entre histoire individuelle et histoire collective. En 2021, elle travaille en particulier sur les 150 ans de la Commune.

Bonjour Anouk, Vous êtes originaire de Pierrefitte-sur-Seine et vous vous intéressez à la culture populaire. Pouvez-vous nous présenter votre parcours et ce qui vous passionne dans la transformation des lieux de la banlieue Nord de Paris ?

J'ai commencé comme guide au Mémorial de la Shoah, notamment à Drancy, grâce à une formation en histoire et - surtout - à des recherches en philosophie qui portent sur les thématiques des violences extrêmes et des pratiques de réconciliation. J'ai beaucoup travaillé sur les enjeux de réconciliation nationale et la tension entre l'usage scientifique et l'usage populaire de l'histoire.

Cueilleurs de cerises à Pierrefitte : clin d'oeil à la chanson Mon évolution vers des balades plus socio-urbaines est due au fait d'avoir baigné dans une atmosphère où on racontait beaucoup l'histoire des gens, la transformation des rues, les luttes... Peut-être parce que je viens d'une famille qui n'a pas de foyer familial. En grandissant, je me suis rendu compte que le 93 bougeait tout le temps et que, selon l'âge et le parcours qu'on avait, on ne voyait pas la même chose. Ma grand-mère, qui a vécu aux Courtillières de Pantin, oubliait régulièrement que le métro ne s'arrêtait plus Porte de la Villette mais à La Courneuve. Je connais quelqu'un qui s'énerve régulièrement contre le fait que l'université Paris 8 est installé sur l'ancien stade municipal de Pierrefitte. J'ai grandi entre des friches et des jardins familiaux ; presque tout est bâti aujourd'hui mais il y a des fermes aux Fortes Terres (de Pierrefitte), dans le Parc de la Courneuve, à Romainville... Je trouve que c'est important de maintenir ces strates de mémoire géographique et sociale en les liant à des histoires individuelles et collectives. L'histoire n'est pas seulement celles des lieux, c'est aussi celles des gens et des collectifs qui y ont vécu.

Votre première collaboration avec ExploreParis.com s’est montée autour de la célébration des 150 ans de la Commune de Paris. Vous faites d’ailleurs partie du bureau de l’association Faisons vivre la Commune et avez créé le site ruedelacommune.com. Parlez-nous de cet intérêt que vous nourrissez et des visites virtuelles que vous avez développées sur le sujet. Quelles sont vos envies pour la suite de votre collaboration avec ExploreParis.com ?

La Commune est une histoire irréconciliée française (avec, en plus, un rayonnement international). Une fois mon doctorat de philosophie digéré, j'ai commencé à travailler sur cette histoire que je connaissais, mais sans plus. Je me suis alliée à une auteure-compositrice et une illustratrice et nous avons imaginé un conte musical. Mais ce qu'on voulait avant tout c'était déterrer des lieux populaires liés à la Commune. La banlieue Nord de Paris, de par l'empreinte communiste, en contient un grand nombre. J'ai fait beaucoup de recherches sur les rues et bâtiments de communards à Saint-Denis, Pierrefitte, Aubervilliers, La Courneuve mais aussi Montreuil ou Bagnolet... et je me suis rendu compte que Pierrefitte détonnait dans le paysage par le nombre important de rues qui portent un nom de communards, sans compter une crèche et deux établissements scolaires. Ces rues et établissements ont une histoire, qui elle-même est liée au communisme municipal. Il y avait donc quelque chose à faire. J'ai aussi monté des visites du Xe arrondissement par hasard en travaillant avec la médiathèque Françoise Sagan, installée dans ce qu'il reste de l'ancienne prison Saint-Lazare.

Photo prise en 2020 d'un paysage de Pierrefitte ayant disparu du fait de la construction d'un lycéePrésentement je suis submergée par les 150 ans de la Commune, mais j'ai d'autres idées liées à cette mémoire géographie et sociale dont je vous parlais. En travaillant sur Pierrefitte, je me dis que des visites de la Nationale 1 ou du pavé d'Amiens seraient passionnantes. Il y a aussi des choses à faire sur le carrefour "Saint-Denis Université" qui est à la croisée de Saint-Denis, Pierrefitte et Stains, et a connu une évolution étonnante. Plus largement, je sais qu'il y a des choses à imaginer sur les luttes sociales dans le département. Par exemple, il n'existe quasiment rien sur Mai 68 dans le 93, alors que beaucoup d'usines, aujourd'hui disparues mais dont il reste des traces mais aussi des personnes pour raconter, ont été occupées. Ou encore sur les hôpitaux de Saint-Denis. Je travaille en mêlant des archives publiques et des entretiens, beaucoup d'histoires émergent qui disent énormément sur le département. Reste à vérifier que ça peut composer des visites, ce n'est parfois pas le cas car les espaces sont trop éloignés ou il n'y a pas assez d'informations. 

Une visite préférée ?

Non, je prends un vrai plaisir sur chacune. Mais celle sur Pierrefitte est particulière, parce que c'est le genre de ville dont tout le monde se moque, y compris parfois les habitant-e-s. Montrer que cette ville a un intérêt "universel" est déjà un enjeu en soi. En même temps, c'est celle qui touche le plus à quelque chose de personnel. Pour découvrir le 93, quelqu'un m'a conseillé une activité (et je vous confirme qu'elle est passionnante !) : prendre une ligne de bus et descendre un peu comme ça, n'importe où. Traverser une ville, des villes, avec le 150, le 170, le 143, le 151, le 255... voir les usagers et les paysages changer, écouter les histoires. Vous indiquer une adresse en particulier est compliqué pour moi, je ne suis pas quelqu'un qui a des habitudes. Mais avec cette pratique du bus, chacun pourra découvrir ses propres adresses ! En descendant par exemple à Mairie d'Aubervilliers, autour du quartier Hoche à Pantin ou Robespierre à Montreuil, je peux vous assurer qu'il y a de bonnes adresses.

Sinon j'aime beaucoup les marchés. Le marché de Saint-Denis bien sûr, mais aussi celui d'Aubervilliers, celui de Pantin, de Stains, de Drancy... Ce sont des endroits très amusants et très différents, y compris quand il y en a deux dans une même ville.

Il y a toujours plein d'histoires ou d'anecdotes quand on fait une visite "qui prend" - ce qui n'arrive pas toujours. La première que j'ai organisée sur la Commune avec un groupe, c'était en février 2021 et il faisait très froid. Au milieu de la visite, rue du faubourg Saint-Denis, une participante me dit "Je vais aller acheter 20 cafés si ça te va". Elle est partie en courant et a commandé 20 cafés au premier et rare bar ouvert dans cette rue, quasi vide à cause de la situation sanitaire. Seuls quelques ouvriers qui travaillaient sur un chantier de la rue étaient là. C'était très drôle cette solidarité et cette situation qui faisaient écho à l'histoire racontée. Cela dit, j'ai découvert qu'avec les visites virtuelles, il y a des inscrit-e-s qui sont un peu partout en France mais aussi à l'étranger. J'ai eu des personnes qui vivaient en Allemagne, en Écosse, au Québec qui pouvaient discuter d'un lieu et d'histoires où nous n'étions pas physiquement, qu'ils n'avaient jamais vu. C'est très étonnant comme rencontre.

Merci beaucoup Anouk !

Retrouvez les contributions d'Anouk Colombani sur ruedelacommune.com.

Pour aller plus loin, découvrez tous nos guides et conférenciers grâce à notre galerie de portraits.


Actualités des visites, balades et croisières

Sapin de Noël et cadeaux - Unsplash

Pour Noël, offrez des visites originales !

Seine-Saint-Denis Tourisme propose une idée de cadeau original, ludique et intelligent à offrir à Noël : des visites d'entreprises, balades urbaines, croisières insolites... avec les bons cadeaux à partir de 10 euros !
Chalets de noël - photol Lb Dts

Que faire à Paris en décembre

Le mois de décembre rime avec fêtes de fin d'années ! Nous vous proposons une sélection d'activité à faire à Paris et région parisienne pour préparez les festivités de Noël. Découvrez également les sorties et visites à faire en décembre à Paris.
Indes à la Courneuve

Que faire à Paris en novembre ?

Découvrez les visites, expositions, sorties, fêtes et festivals du mois de novembre à Paris et en Seine-Saint-Denis. Profitez des deux jours fériés, le 1er et le 11 novembre, pour visiter Paris et la Seine-Saint-Denis !
Bords de Marne

Cap sur la Marne, les croisières d'automne

Cap sur la Marne est une manifestation qui met en avant la rivière Marne et ses bords. Des animations et activités de plein air vous sont proposées sur la Marne et sur ses rives : croisières, balades, randonnées et activités nautiques.

Site par ID-Alizés