Vous êtes ici : Accueil  > Nos visites  > Nos guides

Thomasine Zoler


Thomasine Zoler - Photo Niko RandriaThomasine Zoler est férue d'art contemporain et de street-art, en particulier de graffiti, dont elle explore l'histoire, les pratiques et les grands noms au cours de ses interventions pour ExploreParis.com. Rencontre avec une passionnée.

Bonjour Thomasine, pouvez-vous nous présenter votre parcours et ce qui vous a poussé à devenir guide-conférencière ?

J’ai commencé mes études en Histoire des arts dès le lycée et je me suis spécialisée à la fin de ma licence en art contemporain. Pour être honnête, je suis devenue guide-conférencière un peu par hasard. Après mon master 2 en Histoire des arts, je voulais entreprendre une thèse et j’ai décidé de prendre du temps pour la préparer : commencer des recherches sur mon sujet et travailler en parallèle. Pendant cette période j’ai travaillé dans diverses institutions (musée, bibliothèque, galerie d’art) et comme assistante d’artiste ou de commissaire d’exposition.

J’ai également eu l’occasion de réaliser des visites guidées au Musée Maillol, à Paris, lors de trois expositions d’art moderne et contemporain. J’ai trouvé l’exercice d’adapter son discours au public très intéressant. Transmettre des connaissances et partager sa passion est un vrai plaisir ! J’ai donc fait la demande pour obtenir la carte de guide-conférencier afin de pouvoir réaliser des visites dans les Musées Nationaux (ces musée n’acceptent que des guides possédant la carte).

Depuis, j’ai pu guider tous types de public : groupes scolaires, adultes, individuels, seniors, mais également des personnes dites « du champ social » ou en situation handicap. Je n’ai toujours pas entrepris ma thèse, mais je la garde en tête et continue mes recherches, je la réaliserai certainement un jour.

Vous avez commenté des croisières street-art sur le canal de l’Ourcq au cours de l’été 2020 avec Le Mur 93, et vous animez des visites virtuelles sur le street-art sur ExploreParis.com. D’où vous vient cet intérêt pour le street-art, le graffiti et les mutations urbaines ?

Depuis toujours, je suis fascinée par les graffitis, dessins et messages sur les murs qui ornent les voies ferrées. Quand j'étais petite, je prenais le train presque tous les week-ends avec ma mère (qui n’a jamais passé son permis de conduire, le train et le métro restaient nos principaux moyens de transport) pour rendre visite à notre famille. J’étais surtout intriguée par la profusion de messages sur les murs et impressionnée de retrouver les mêmes noms partout en France (que je n’arrivais pas tout à fait à déchiffrer mais dont je reconnaissais la forme, un peu à la manière d’un logo).

Cette passion s’est ensuite accrue à l’adolescence par ma visite de lieux peints, de murs ou de bunkers en Normandie ou ailleurs... et par ma rencontre avec d’autres jeunes qui pratiquaient cet art. Mais aussi lors de voyages avec des amis en Europe : Allemagne, Italie, etc.

Thomasine Zoler animant une croisière sur le canal de l'Ourcq - Photo Maxime ChermatPar la suite, je m’y suis intéressée d’un point du vue théorique dans le cadre de mes études en Histoire des arts, en tirant des parallèles avec les artistes d’art contemporain. J’ai écrit un mémoire sur le sujet et j’ai rencontré, au cours de stages, des street-artistes et des graffeurs. Puis, quand je me suis installée il y a quelques années à Saint-Denis, j’ai découvert les activités du Mur 93 et j’ai fini par intégrer l’équipe, principalement composée d’artistes. Le président de l’association, Nicolas Obadia, m’a proposé de réaliser avec lui des croisières street-art sur le canal de l’Ourcq et le canal Saint-Denis, ce que j’ai accepté avec grand plaisir. J’avais déjà réalisé des visites à pied dans des institutions ou en extérieur dans les rues de Paris et de Saint-Denis, mais sur l’eau c’était une première ! Depuis, je monte des projets de médiation avec d’autres associations, comme L’Écluse (fondée par Malo Garnier) qui conçoit et produit des projets d'art urbain, ou encore Makadam, l’association de l’artiste BerthetOne qui se concentre sur la prévention et la réinsertion par l'art.

En 2020, la crise sanitaire a fortement impacté nos activités dans tous les domaines. Les guides-conférenciers ont du s’adapter et proposer des visites et conférences en ligne, étant confinés et ne pouvant nous déplacer. J'ai trouvé intéressant de faire des sujets sur des ½uvres auxquelles nous n'aurions de toute façon pas eu accès (ou avec difficultés), en présentant des exemples d’explorations urbaines ou d’½uvres aujourd’hui disparues via ExploreParis.com. 

Quelles sont vos envies pour la suite de votre collaboration avec ExploreParis.com ?

Comme tous les guides, j’imagine pouvoir retourner rapidement sur le terrain, dans les musées et les centres d’art ! La culture est essentielle. Cependant, je pense que les conférences en ligne sont complémentaires. Elles permettent à des personnes à mobilité réduite de « se déplacer » sur n’importe quel terrain vague, lieu abandonné ou rue quasi-impraticable. Autre aspect, elles permettent de réunir des personnes très éloignées géographiquement. Je me souviens d’une conférence réunissant des personnes de régions et pays différents : il était 18h à Saint-Denis lors du début de la visioconférence tandis qu’une des participantes préparait son déjeuner à 12h à New York. 

Avez-vous une visite préférée ? une anecdote à partager avec nous ?

Pour chacune de mes visites je réalise un travail de recherche, de documentations, de lectures, de prises de photos et d’entretiens. Elles sont toutes particulières et il m’est difficile de faire un classement. J’adore celle sur l’histoire et l’évolution des Magasins Généraux de Pantin, ou celle sur le Panorama de l’art urbain autour de Saint-Denis où l’on découvre aussi bien des street-artistes internationaux que des pionniers du graffiti : le crew des 93MC, Seth, Case Maclaim, Joachim Romain, pour en citer quelques-uns. Je n'ai pas de visite préférée.

Toutefois, le cycle de visioconférences concernant le parcours des artistes Lek & Sowat me tient particulièrement à c½ur. Je suis leur travail depuis des années. Pour l’anecdote, en 2012 je suis allée voir leur première exposition au Palais de Tokyo avec un ami, mais nous sommes arrivés le lendemain du vernissage et l’exposition était fermée au public. Nous avons croisé devant la porte menant aux escaliers de secours, que les artistes avaient investis, un agent de sécurité incendie qui était présent la veille et qui nous a parlé du vernissage avec passion. Voyant notre intérêt commun et l’enthousiasme que nous partagions autour de leur projet, il nous a ouvert et fait une visite plus que privée du lieu. Je ne l’oublierai jamais.

Merci beaucoup Thomasine !

Retrouvez l'actualité de Thomasine sur Instagram.


Actualités des visites, balades et croisières

street art avenue

Que faire à Paris en juillet ?

En quête de bons plans cet été à Paris et en région parisienne ? Profitez de notre sélection de sorties, visites et activités durant le mois de juillet. Activités nautiques, plages et baignades, fêtes en open air animent votre été à Paris.
Balade Grande Rando Parc des hauteurs

Les randonnées urbaines à ne pas rater

Le grand public chausse ses baskets pour arpenter le nord-est parisien à la découverte des futures gares du Grand Paris Express, du parc des Hauteurs et du nouveau jalonnement du chemin de Compostelle. Ces randonnées urbaines conviviales, accessibles à tous et gratuites, reviennent chaque année.
Affiche Festival Explore Paris 2022 - format horizontal

Découvrez Explore Paris !

Seine-Saint-Denis Tourisme et ses homologues de Paris et de la petite couronne ont décidé d'unir leurs efforts pour offrir à tous un plus large éventail de visites, balades et d'initiatives permettant de découvrir leurs territoires.
Journées européennes archéologie juin 2022

Journées Européennes de l'archéologie

Les Journées Européennes de l'Archéologie ont lieu cette année du 17 au 19 juin. Plusieurs sites archéologiques vous ouvrent leurs portes !

Site par ID-Alizés