Vous êtes ici : Accueil  > 

Quatre sites de Seine-Saint-Denis choisis pour le Loto du patrimoine


  • Loto du Patrimoine

À l'issue du Loto du Patrimoine organisé dans le cadre de la mission "Patrimoine en péril", quatre sites patrimoniaux en Seine-Saint-Denis bénéficieront de la manne.

Cinq mois après son lancement, l’opération "Patrimoine en péril" organisée sous la houlette de Stéphane Bern a rencontré un certain succès. Sur les 187 millions d’euros récoltés par la Française des Jeux grâce à la vente des jeux à gratter "Mission Patrimoine", 22 iront financer la sauvegarde et la restauration de 270 sites identifiés partout en France.

En Seine-Saint-Denis, quatre sites ont été retenus et se partageront l’enveloppe de 282 000¤. 


L'ancienne poudrerie de Sevran-Livry

L'ancienne poudrerie nationale de Sevran-Livry à Vaujours : 200 000¤.

Entrée principale de la Poudrerie.

Construite sous le Second Empire, l’ancienne poudrerie impériale de Sevran-Livry témoigne du triomphe industriel de l’État à l’époque. Elle fut la première poudrerie à fonctionner à la vapeur, et jusqu’à 3000 ouvriers travaillèrent concomitamment dans ses ateliers. Pendant les deux guerres mondiales, elle ne produisit pas moins de 600 tonnes de poudre par an.

Les agrandissements progressifs aboutirent à la constitution d’un paysage monumental, mêlant les bâtiments symétriquement organisés à la luxuriante nature environnante de ce qui est aujourd’hui le parc forestier de la Poudrerie. Mais cet ensemble architectural ne compte aujourd’hui plus que 30 bâtiments, sur les 300 encore debout en 1960. Une dizaine d’entre eux est dans un état de péril plus ou moins avancé. La détérioration de ce bâti nuit à la préservation de la mémoire et de l’identité globale du site.

Les 200 000 euros attribués à l’ancienne poudrerie de Sevran-Livry dans le cadre du Loto du patrimoine serviront à remettre en état cinq des bâtiments en question, dont les anciens laboratoires et vestiaires qui  retrouveront ainsi  leur vocation de centre de loisirs et d’accueil. Ce projet aidera à garantir l’avenir de ce patrimoine culturel et naturel unique, en conservant ses fonctions actuelles et en s’ouvrant sur l’avenir. Vous pouvez voir le projet de l'ancienne Poudrerie sur le site de la Fondation du Patrimoine.

Par ailleurs, des visites du Parc de la Poudrerie associant histoire et architecture industrielle, à la nature et la biodiversité, seront bientôt proposées par Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis.

École de plein air à Pantin

L’école Méhul de plein air à Pantin : 63 000 ¤.

Ecole maternelle Méhul à Pantin
© Archives Municipales de Pantin

Cette école, à l’origine spécialement dédiée aux enfants les plus chétifs de la ville, porte une démarche pédagogique originale. En 1930, elle devient l’école maternelle de plein air de Pantin. Conçue comme un symbole, son architecture devait incarner les valeurs modernistes et hygiénistes de l’époque. Le soleil y a la part belle : le bâtiment en forme de E s’ouvre au sud afin de bénéficier d’un ensoleillement maximum ; les salles de classes donnent directement sur le jardin par une baie vitrée, escamotable pendant la belle saison : les pupitres pouvaient alors être sortis dans la cour.

Depuis lors, les fissures provoquées par un aménagement des combles, associées au tassement des sols suite à des infiltrations d’eau, font craindre des effondrements – l’école Méhul accueille toujours des élèves. En outre, les rénovations et travaux successifs ont effacés certains éléments du décor, qui faisaient l’originalité de l’ouvrage.

Les 63 000¤ du Loto du patrimoine contribueront à la restauration globale de cet établissement scolaire singulier. Vous pouvez voir le projet de l'École Méhul sur le site de la Fondation du Patrimoine et soutenir sa rénovation en faisant un don.

Notre-Dame des Sans Logis à Noisy-le-Grand

La chapelle Notre-Dame des Sans-Logis et de Tout le Monde à Noisy-le-Grand : 11 000 ¤.

Chapelle des Sans-Logis-et-de-Tout-le-Monde

Cette chapelle est la dernière trace visible du camp des Sans-Logis, fondé par le père Joseph Wresinski en 1956, à la suite de l’appel à la solidarité de l’abbé Pierre du 1er février 1954. Bâtie conjointement par des hommes de toutes religions et origines, unis dans la précarité, elle est un témoignage vibrant de fraternité humaine. La chapelle a été labellisée Patrimoine du XXème siècle en 2011 et classée Monument Historique le 29 avril 2016.

Il y règne une atmosphère spirituelle particulière : sous le toit à double pente, la voûte en forme de carène définit un espace apaisant. Les vitraux réalisés par Jean Bazaine, artiste peintre, sont saisissants. Réalisée en matériaux de récupération (tôles, pierres, galets pour le sol et bois de charpente), le bâtiment a souffert avec le temps.

Les 11 000 euros collectés, associés aux dons supplémentaires, serviront à déposer la couverture en fibre-ciments, à restaurer la charpente et la toiture ainsi que les murets latéraux et les vitraux. Vous pouvez voir le projet de Notre-Dame-des Sans-Logis sur le site de la Fondation du Patrimoine. et aider à financer les travaux en faisant un don.

Couvent des Ursulines à Saint-Denis

L’ancien couvent des Ursulines à Saint-Denis : 8 000 ¤.

Couvent des Ursulines à Saint-Denis

Datant de 1640, le Couvent des Ursulines a eu depuis lors de nombreuses fonctions. Jusqu’à la Révolution française, des religieuses y vivent et prient, décidant également de s’occuper de l’éducation des petites filles du quartier. Anne d’Autriche et son fils Louis XIV s’y réfugieront pendant la Fronde. Il devient ensuite un magasin d’approvisionnement, puis un hôpital, avant d’être finalement ouvert à la copropriété (60 personnes détiennent aujourd’hui le couvent en commun).

Ce patrimoine exceptionnel est en besoin constant de consolidation et d’assainissement. Malgré l’implication des copropriétaires et de la DRAC, d’importants travaux de rénovation des façades, des caves et des toits restent indispensables afin que le bâtiment puisse rester ouvert au public. Des visites du couvent des Ursulines sont notamment organisées dans le cadre des Journées du patrimoine à Saint-Denis. 8 000 euros ont été attribués à ce projet dans le cadre du Loto du patrimoine. Vous pouvez voir le projet du couvent des Ursulines sur le site de la Fondation du Patrimoine.


Ce ne sont pas moins de 2 000 sites que la mission "Patrimoine en péril" a identifié comme en danger. Le Loto du patrimoine a permis de dégager des fonds pour financer la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine national. Les montants collectés ne sont cependant pas suffisants pour protéger l’ensemble des sites identifiés. C’est pourquoi la Fondation du Patrimoine propose de soutenir la mission ou les projets en faisant un don.

Mardi 29 Janvier 2019 - 13:01

Partagez


Site par ID-Alizés