Vous êtes ici : Accueil  > Patrimoine  > Archéologie

Archéologie à Bondy


Bondy est mentionné pour la première fois au VIe-VIIe siècle dans le testament d'Ermenthrude. Le village s'appelait alors Bonisiacus. Ce lieu se situait à 500 mètres de l'intersection de la route de Paris à Meaux et de la route de Saint-Denis à Chelles et Gournay. C'était un carrefour de deux voies anciennes importantes. Une église s'y trouvait. Au début du XIe siècle., Bondy fait partie du domaine royal mais est cédé en 1059-1060 par Henri Ier au prieuré parisien de Saint-Martin-des-Champs. Le territoire communal comprend à cette époque une grange, le siège du fief du Brichet, tenu en 1344 par les religieux de l'abbaye de Livry et le moulin Baron ou moulin Gravat.

Protohistoire

Une installation de taille réduite ou une zone périphérique d'un établissement plus important a été découverte rue Edouard-Vaillant en 2000, par P. Celly. Ce site est daté de l'âge du Bronze final III d'après le corpus céramique. Un second site a été fouillé en 2011 et 2015 par C. Le Forestier dans la Cité De Lattre de Tassigny. Plusieurs structures ont été mises au jour ainsi que des structures funéraires et domestiques. La période chronologique couvre le Bronze final IIIb au début du Moyen Âge. Une troisième zone de fouille localisée au Chemin des Carrouges a été investiguée en 2008 par J. Millereux-Le Bechennec. Les structures datent du second âge du Fer. Quelques tessons de céramiques caractéristiques et des structures avec trous de poteaux y ont été découvertes.

Antiquité

Peu d'éléments sont connus pour cette période et les découvertes sont anciennes. En 1955 H. Espaullard note qu'au lieu-dit du Vieux Château des vestiges antiques auraient été découvertes y compris une monnaie datée de l'époque d'Auguste.

Antiquité-Haut Moyen Âge

En 2009, les fouilles d'I. Lafarge à la Cité De Lattre de Tassigny ont permis la découverte de plusieurs fossés dont le mobilier a été daté du Bas-Empire. Ce site se trouvait à la périphérie de l'occupation domestique et funéraire située à 300 mètres environ au sud-ouest. En effet, depuis 2005, plusieurs opérations d'archéologie préventive ont révélé au nord de l'église Saint-Pierre des témoins d'une occupation de la fin de l'Antiquité qui incluent un habitat et une nécropole. Des vestiges domestiques et funéraires du Haut Moyen Âge recouvraient la ville antique. Ce sont ces vestiges qui ont été associés au village mentionné au VIe-VIIe s.

Fouille en 2011 dans la Cité De Lattre de Tassiny

Fouille en 2011 dans la Cité De Lattre de Tassiny, vestiges de la nécropole gallo-romaine et mérovingienne (Photo Inrap)

La découverte des espaces funéraires remontent aux années 1910. A plusieurs reprises, des tombes ont déjà été mises au jour lors des travaux d'aménagements à Bondy. Les sarcophages sont soit en pierre soit en plâtre. Ils sont datés de l'époque mérovingienne. Les sarcophages en plâtre sont rarement décorés. Certaines inhumations sont réalisées dans des fosses maçonnées en plâtre. Les sarcophages ont été réemployés à plusieurs reprises. On trouve du mobilier dans 21 sépultures : scramasaxes, plaques-boucles, bracelets, perles, couteau, aumônière.

Entre 2006 et 2015 plusieurs opérations d'archéologie préventive conduites sur 1,5 ha dans la Cité De Lattre de Tassigny ont permis de poursuivre l'exploration de la nécropole du Haut Moyen Âge et de mettre en évidence des niveaux plus anciens datés de l'Antiquité. Au total 327 inhumations du Bas Empire ont été fouillées (début du IIIe s.). Aucun accessoire vestimentaire n'a été retrouvé dans les tombes. L'étude anthropologique a démontré que les conditions de vie étaient relativement bonnes quoique l'état sanitaire se dégrade au Ve siècle, au tournant de l'Antiquité et du Moyen Âge. L'utilisation de l'aire sépulcrale perdure au Haut Moyen Âge et doit être mise en relation avec l'église attestée aux VIe-VIIe s. Peut-être l'église était-elle-même plus ancienne ? Les témoins d'habitat mérovingien se situent majoritairement au nord-ouest de l'aire sépulcrale (silos, fonds de cabanes, puits, fours domestiques). L'alimentation est à base de b½uf-porc-caprinés majoritairement. Le cimetière est réinvesti durant l'époque carolingienne. Les pratiques funéraires changent complètement : absence de mobilier, et fosses anthropomorphes ou « en banquette ». La population semble très éprouvée et en mauvaise santé.

Sur le même thème à proximité de Bondy : fouilles archéologiques à Saint-Ouen, la Courneuve et Dugny.


Site par ID-Alizés