Vous êtes ici : Accueil  > Nos visites  > Nos guides

Clara Leroux, la cultiveuse


Clara LerouxClara Leroux est tombée dans la marmite du patrimoine dès son plus jeune âge. Elle met depuis peu son goût du contact et de la médiation au service du patrimoine de la Seine-Saint-Denis. Rencontre avec une passionnée à l'enthousiasme communicatif !

Bonjour Clara, peux-tu nous présenter ton parcours ?

Avant d’arriver en Île-de-France en 2017, j’ai étudié trois ans en Normandie. Je suis diplômée d’un Master en Gestion et Valorisation Touristique du Patrimoine à l’Institut de Recherche et d’Enseignement Supérieur du Tourisme de Panthéon-Sorbonne (2020), et d’un Master Ville Architecture et Patrimoine (2019).

J’ai eu la chance de travailler de septembre 2019 à août 2020 au Service du Patrimoine Culturel du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis en tant qu’apprentie chargée de valorisation du patrimoine contemporain puis, les quatre mois qui ont suivi, au Service Développement de Seine-Saint-Denis Tourisme, comme chargée de développement de projets patrimoniaux. Ces expériences ont été extrêmement riches et m’ont permis d’appliquer ce que j’avais appris sur les bancs de la fac, tout en ayant des responsabilités et une certaine liberté dans les projets !

Au-delà de l’expérience professionnelle, j’ai rencontré des personnes formidables, et quoi qu’on en dise, ça forge des amitiés, des carrières, des projets !

D'où te vient ce goût pour l’histoire et le patrimoine ?

L’histoire, c’est en quelque sorte un retour aux sources pour moi. C’est une discipline qui m’attire depuis que je suis toute petite. Je me souviens que mes parents nous emmenaient souvent visiter des musées et découvrir de nouvelles villes avec mon frère. Je dois dire qu’on a eu beaucoup de chance à ce niveau-là ! J’adorais visiter des villages médiévaux, ou participer à des fêtes et marchés.

J’ai fait un mémoire de recherche sur les bastides du sud-ouest de la France qui sont des villes nouvelles des 13e et 14e siècles, et nul doute que c’est la petite fille qui sommeillait en moi qui a choisi ce sujet.

On ne nous apprend pas le patrimoine à l’école, encore moins l’architecture. Au collège déjà, je savais que je voulais exercer dans la culture. Je n’avais pas encore conscience de tout ce que ça englobait. Mes deux ans de classe prépa et ma double-licence Géographie-Lettres Modernes m’ont un peu éloignée de l’histoire, et je me suis dit : stop, tu y retournes, après ce sera trop tard. Je me souviens que ça été une évidence suite à un séminaire sur l’histoire des villes. On a brièvement parlé des bastides et là je me suis dit que ce serait vraiment chouette de mener des recherches sur ce sujet !

Et qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la médiation ?

J’ai toujours eu le contact facile. J’aime discuter avec les gens, faire de nouvelles rencontres, échanger autour de tout un tas de sujets. J’avais en tête d’être prof à l’université, d'animer des séminaires. Quand j’ai abandonné l’idée de la thèse, je me suis dit que, finalement, la médiation avait peu à envier à être toute la journée en amphi ! On est sur le terrain à longueur de journées pour préparer des visites, on rencontre des personnes d'horizons différents à chaque nouvelle balade... C'est le métier que j’avais toujours voulu faire sans en avoir vraiment conscience !

Les Cultiveuses, qu’est-ce que c’est exactement ?

Les Cultiveuses c’est un studio de création de médiation et d’événementiel culturels à la demande. C’est un peu notre grande aventure de l’année 2021 ! Avec Manon, mon associée et amie rencontrée au cours de mon année de master à l’IREST, on a décidé de se lancer ! Ça faisait un moment qu’on en parlait.

Contacter Les Cultiveuses

On aime animer des visites, des conférences et des balades mais ce qu’on aime faire par-dessus tout c’est concevoir la médiation en elle-même. Concevoir le storytelling, farfouiller dans les archives, imaginer des itinéraires et des scénarios, c’est vraiment notre truc. La médiation, c’est vraiment quelque chose qu’on a pu expérimenter au cours de ces dernières années. Manon est diplômée du même Master que moi mais aussi d’une Licence en Histoire de l’Art de l’École du Louvre. Elle a animé plusieurs médiations pour les Jeunes ont la parole au Musée du Louvre, Un dimanche avec les étudiants pour le musée de Cluny, et elle a travaillé deux ans en tant qu’apprentie chargée de valorisation du patrimoine culturel au Service Patrimoines et Inventaire de la région Ile-de-France. Finalement on se rejoignait sur pas mal de points, on s’est rendu compte qu’on travaillait très bien ensemble et on s’est dit, pourquoi ne pas lancer notre propre aventure ? On a intégré deux coopératives d’activités et d’emplois : CLARA à Paris et Chrysalide à Brest. Cela nous permet d’être à la fois indépendantes sur le plan de l’entrepreneuriat tout en étant accompagnées et sécurisées et, surtout, de faire toujours plus de belles rencontres. Travailler en collectif, c’était vraiment ce qu’on recherchait.

Dans le secteur de la culture, on s’est aperçu que peu d’entreprises de médiation faisait du sur-mesure, c’est donc ce qu’on a choisi de faire. On propose à chacun de nos partenaires – qu’ils soient privés, publics, ou issus du milieu associatif - d’analyser leurs besoins, de concevoir une animation sur-mesure (de la visite guidée à l’escape game en passant par le livret pédagogique) pour n’importe quel type de patrimoine (monuments historiques, musées, villes…), puis de l’animer. Bref, du 3 en 1 !

En faisant de l’accompagnement de projets comme Patrimoines en poésie pour Manon, ou La Poudrerie, un patrimoine qui cartonne ! pour moi, on a trouvé chouette d’élargir notre domaine de compétences à l’événementiel culturel, qui est un secteur finalement bien particulier et pas aussi développé qu’on pourrait le penser !

Parle-nous de ta collaboration avec ExploreParis.com. Qu'est-ce que la plateforme t’apporte ?

(En) quête de patrimoineAlors Les Cultiveuses sont en quelque sorte des petites nouvelles sur ExploreParis.com. Ça fait très peu de temps que nous proposons des animations sur la plateforme, même s'il faut bien avouer que je triche un peu puisque j’ai travaillé pour Seine-Saint-Denis Tourisme fin 2020, en particulier sur (En)quête de patrimoine, le grand inventaire participatif à l’initiative du Conseil Département de la Seine-Saint-Denis. J’ai animé des balades pour les journées du patrimoine en septembre 2020 et, plus récemment, un cycle de conférences virtuelles sur l’architecture. C'est dorénavant avec la casquette de Cultiveuse que je poursuis la conception de conférences (En)quête de patrimoine.

ExploreParis.com est une plateforme un peu magique pour les guides. Elle donne énormément de possibilités, notamment pour ce qui est de la communication. C’est une vitrine assez incroyable. La plateforme est simple d’utilisation et propose une offre loin d'être classique ! Les thèmes abordés sont très variés : architecture, food, street-art, musique... Il y en a pour tous les goûts ! Et puis, comment ne pas faire la promotion  de toute l’équipe qu’il y a derrière la plateforme ? Quand on y réfléchit, c’est un privilège pour un guide d’avoir accès à ExploreParis.com !

Parmi les visites que tu proposes, quelle est ta préférée ?

Clara Leroux à Epinay-sur-Seine - Journées européennes du patrimoine 2020C’est difficile de choisir. Entre Épinay-sur-Seine, Montfermeil, Stains, Aulnay-sous-Bois, impossible de faire un choix… D’autant que de nouvelles conférences virtuelles arrivent très prochainement ! J’ai un petit coup de c½ur pour À la découverte des belles demeures de Montfermeil. J’aime aussi beaucoup À la découverte de l’architecture spinassienne ou De la photographie à la carte postale, du Vieux Stains à nos jours, mais un petit quelque chose en plus avec Montfermeil. Je crois que c’est une envie profonde de faire connaître une ville dont la réputation n’est pas à la hauteur ces dernières années.

Je dirais que ce que je préfère c’est faire découvrir la Seine-Saint-Denis sous un tout nouvel angle. J’apprécie vraiment quand les participants sont satisfaits et qu’ils laissent en commentaires qu’ils viendront sur le terrain dès que possible ou qu’ils ont découvert une ville qu’ils ne connaissaient pas. Ce genre d’initiatives permet vraiment de faire tomber tous les préjugés que l’on peut avoir sur la Seine-Saint-Denis, qui est un territoire extrêmement riche sur le plan de l’histoire et de l’architecture. Le 93 regorge de richesses et je n’en avais moi-même pas conscience en arrivant ici.

Avec le contexte de la crise sanitaire, je me suis découvert une véritable passion pour l'animation de conférences en virtuel. Franchement, ce n’était pas gagné ! Ce n’est pas un exercice aussi facile que je le pensais, et le lien social et l’interaction n’ont rien à voir avec une visite en présentiel. Il y a cependant des tas de bons côtés que je n’avais pas envisagés, comme l’accessibilité, ou la possibilité de retrouver les mêmes participants d’une conférence à une autre. Ou bien de pouvoir rester au chaud les jours de pluie aussi ! Certains participants pensent que le virtuel est devenu irremplaçable, et je suis assez d’accord. Il est irremplaçable dans la période que nous vivons mais pas seulement. Il pourrait perdurer à l’avenir et permettre à de nombreux Français ne pouvant se déplacer de découvrir les richesses du 93 ! C’est mon côté un peu idéaliste !

As-tu une anecdote à partager avec nous ? des adresses, des bons plans, dont on pourra profiter une fois la crise sanitaire passée ?

Plus que des anecdotes, ce sont surtout les échanges avec les participants qui me restent en tête. Quand ils m’envoient des mails pour avoir des informations supplémentaires ou recevoir mon support de présentation en souvenir. Une participante de Montfermeil m’a même proposé de venir visiter sa maison qui se trouve être sur mon parcours de visite ! Les gens sont chaleureux et je crois que c’est ce qui fait le plus de bien en cette période. En fait, j’en suis sûre !

Pour ce qui est des bons plans, j’en ai un absolument incontournable ! Il y a une boulangerie en face de la gare d’Épinay-sur-Seine. C’est pile à cet endroit que prend fin ma balade virtuelle sur le centre historique d’Épinay. À chaque visite, je ne peux m’empêcher de dire aux participants d’y aller et de goûter à leurs délicieuses pâtisseries orientales ! J’adore manger, prendre des goûters, et je dois admettre que ce sont les meilleures pâtisseries orientales que j’ai mangées depuis longtemps ! C’est assez drôle parce que la boulangerie se trouve au rez-de-chaussée d’un immeuble comportant les signatures de l’architecte R. Bignens d’Enghien et des entrepreneurs Merle-Defond et Drago, thématique de l’inventaire participatif de cette année ! Il y a donc toutes les raisons de s’y arrêter ! Je les ai dégustées avec une amie au moment des journées du patrimoine et j'ai hâte d'y retourner !

Merci beaucoup Clara !

Pour aller plus loin, découvrez tous nos guides et conférenciers grâce à notre galerie de portraits.


Actualités des visites, balades et croisières

Concert flottant Rhizomes Parc de la Villette Eté du canal 2020

Les visites reprennent !

Avec le déconfinement annoncé, les visites reprennent ! A partir du 19 mai, c'est la fin des limites de jauge pour les visites réalisées par les guides-conférenciers titulaires d'une carte professionnelle (Limite de 10 participants pour les guides non titulaires). Dans le respect des normes sanitaires.
Indes à la Courneuve

Que faire chez soi ?

Puisque nous ne pouvons plus aller à la culture, la culture vient à nous ! Artistes, chefs cuisiniers, lieux de culture, associations, guides, sportifs trouvent des ressources étonnantes pour que nous continuions à nous amuser, réfléchir, bouger, déguster... Pour confiner sans déprimer, suivez le guide !
Mediathèque Glarner à Saint-Ouen - © Christophe Fillieule / Plaine Commune

Le Grand Paris insolite et secret

Le guide du Grand Paris insolite et secret vient de sortir. Un guide étonnant qui révèle un patrimoine méconnu, surprenant qui invite au voyage et à la découverte. Mickaël Mendes, l'auteur de ce guide qui sort des sentiers battus nous parle de cette mine d'or qu'il a constitué au fil de ses recherches.
Pâques, oeuf en chocolat

Que faire à Paris en avril ?

Avril, c'est le retour des beaux jours et des activités et balades en plein air. Découvrez nos idées de promenades à Paris et en Seine-Saint-Denis, de visites guidées et conférences, de festivals et expositions. Avril, c'est aussi les vacances de printemps et Pâques.

Site par ID-Alizés