Vous êtes ici : Accueil  > Patrimoine  > Agriculture

Les unités agricoles de la Plaine de France en Seine-Saint-Denis


L’agriculture périurbaine concerne les unités agricoles proches de la ville gérant des exploitations intensives commerciales ou semi-commerciales en pratiquant l’horticulture (légumes et autres cultures autres que le maraîchage), l’élevage de volailles et d’autres animaux destinés à la production de lait et d’½ufs.

Les grandes zones agricoles homogènes de la Seine-Saint-Denis se trouvent au nord-est du département, dans la Plaine de France, principalement à Tremblay, et sur les coteaux de l’Aulnoye, à Vaujours et Coubron, où se situent de grandes cultures et des élevages. La Plaine de France, appelé également le Pays de France ou le Parisis, est une région naturelle, située au nord de Paris. C'est essentiellement une plaine limoneuse consacrée à la grande culture céréalière. Sa partie méridionale est englobée dans la banlieue nord de Paris, et correspond approximativement à l'est du département du Val d’Oise, à une partie de la Seine-Saint-Denis et à la frange nord-ouest de la Seine-et-Marne.

Des Capétiens à l’aéroport de Roissy

La Plaine de France fait partie du premier domaine royal capétien dès le XIIe siècle. Sa situation à proximité immédiate de la capitale l'a placée très tôt en situation de dépendance économique vis-à-vis de Paris. Sous l’Ancien régime, grâce à la fertilité de ses sols, recouverts d'une épaisse couche de limons, elle approvisionne la capitale en denrées alimentaires, notamment en céréales. C'est aussi, pour ces raisons, une terre convoitée, et les fiefs sont érigés dès le XIIe siècle. Les grandes abbayes de Paris et de sa région possèdent un très grand nombre de terres agricoles et l'abbaye de Saint-Denis, comme toutes les grandes abbayes du Moyen Âge, fait installer une grange aux dîmes à Tremblay-les-Gonesse dans le courant du XIIe siècle. De dimensions imposantes, elle a été reconstruite au XIIIe siècle, puis reprise aux XVe et XVIIIe siècles.

En dehors de certaines zones toujours agricoles, la partie de la Plaine de France située sur la Seine-Saint-Denis s’est fortement urbanisée et l’on y trouve notamment le parc des expositions de Villepinte et l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.  

Le nom de Plaine de France a donné naissance à plusieurs dénominations d'institutions et d'organismes, telles que la Plaine-Saint-Denis, partie sud de la Plaine de France située sur les territoires des communes de Saint-Denis, Aubervilliers et Saint-Ouen, ou la communauté d’agglomération Plaine de France, créée en 2010 et qui regroupe Sevran, Villepinte et Tremblay-en-France.

Les trois villages à l’origine de Plaine de France

La communauté d’agglomération Plaine de France est constituée de trois communes, trois anciens villages ruraux. Que reste-t-il des activités agricoles sur ces trois villes ?

Sevran, autrefois un petit village vivait, au Moyen âge, de la culture céréalière et connaissait une certaine prospérité économique. La construction du canal de l’Ourcq puis du chemin de fer change la physionomie du paysage de la commune qui s’industrialise et s’urbanise. La commune connaît un développement spectaculaire durant les années 1960 et 1970 faisant quadrupler sa population en moins de quarante ans et, du même coup, disparaître sa vocation rurale et agricole.

Villepinte, située au c½ur de la plaine céréalière de la Plaine de France, cesse d’être une terre agricole après l'édification du parc des expositions et du centre de conventions de Paris-Nord-Villepinte, inauguré en 1982. Avec la création du parc d’activités Paris-Nord 2 qui s'étend aussi sur le territoire de Villepinte, Tremblay-en-France, Roissy-en-France et Gonesse, la physionomie de la ville s’en trouve définitivement bouleversée. De nouvelles zones de logements sont construites, ainsi que la maison d'arrêt et de nombreux équipements au détriment des dernières zones agricoles. Deux cents hectares sont sauvés de l’urbanisation avec la création du parc départemental du Sausset, développé depuis 1982 sur d’anciennes terres agricoles de Villepinte et Aulnay-sous-Bois. Il rassemble forêts, prairies à foin, marais et bocages tels qu’ils existaient au temps où l’Île-de-France était complètement rurale.

Enfin, Tremblay-les-Gonesse dont les habitants vivaient de la grande culture céréalière et de la vente de laine de mouton, vendue en particulier lors de la Foire du Lendit qui se tenait à Saint-Denis. À partir des années 1920, la commune connaît, comme beaucoup de ses voisines, une transformation importante avec la construction de lotissements sur d'anciennes terres incultes au sud du territoire. Pourtant, le nord reste agricole et mène une vie à part malgré l’inauguration, en 1974 de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle à l'extrême nord de la commune. En 1989, Tremblay-les-Gonesse devient Tremblay-en-France en référence à son appartenance à la Plaine de France.


Inscrivez-vous aux visites

Visites guidées de la Basilique Saint-Denis

Visite guidée basilique St Denis

Site par ID-Alizés