Vous êtes ici : Accueil  > Nos visites  > Nos guides

Julien Barret


Julien BarretProlifique et passionné, Julien Barret anime des visites qui font le lien entre la littérature et le territoire. Il se prête au jeu de répondre à nos questions sur son activité et vous fait découvrir des anecdotes surprenantes qui lient les grands auteurs français au territoire du Nord-Est parisien !

Julien Barret, vous êtes écrivain et vous animez des balades littéraires. Comment vous est venue cette idée d’animer des balades littéraires ?

Deux choses me passionnent dans la vie : la langue et le territoire. Soit, plus précisément : l’exploration de la langue à travers la poésie, la littérature, la linguistique et celle du territoire par le biais de la marche, de la balade et la passion des cartes. C’est au point de jonction de ces deux occupations que se situe la balade poétique. Il y a plusieurs types de balades qui ont à voir avec la littérature : des balades sur les lieux habités par les héros de romans, comme la pension Vauquer de Rastignac dans Le Père Goriot, ou la pointe ouest de l’île Saint-Louis où habite Aurélien, le héros du roman éponyme d’Aragon. On peut aussi imaginer des parcours aux endroits où ont vécu les auteurs, comme André Breton dans sa maison-atelier de la rue Fontaine. Mais cela concerne aussi tout parcours qui se dénouerait par un atelier d’écriture. C’est vers cela que tendent mes nouvelles balades, d’inspiration surréaliste : à la fois des dérives, telles que formalisées par Debord et les situationnistes à la suite des surréalistes, et des ateliers d’écriture tels que conceptualisés par l’Ouvroir de littérature potentielle (OuLiPo), également inspiré du surréalisme, bien qu’il ait remplacé la notion de hasard par celle de contrainte mathématique

Vous avez créé le site internet Autour de Paris, pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai lancé Autour de Paris en février 2018, après plusieurs années de réflexion, dans l’idée d’explorer la ville sur les traces des artistes et des poètes. Il s’agit de considérer Paris de part et d’autre du périphérique, suivant l’idée qu’il n’y a pas de limite entre Paris et sa proche banlieue, que ce territoire forme une continuité, à l’image de l’avenue Jean-Jaurès, dans le 19e arrondissement, qui se prolonge avec l’avenue Jean-Lolive à Pantin, ou de la rue de Montreuil à Paris devenue la rue de Paris à Montreuil, après s’être appelée rue d’Avron. Créer un tel site, avec les programmes de balade qui l’accompagnent, c’était aussi une manière pour moi de ne pas rester assis devant un écran, d’aller marcher dans la ville, et ce faisant de me lancer dans l’exploration conjointe de l’écriture et du territoire.

Certaines balades sont à mi-chemin entre la balade et l’atelier d’écriture : comment les construisez-vous ?

Ces balades comportent une phase de déambulation, une phase d’observation et une phase d’écriture - bien que la notation à la volée d’impressions et d’images puisse intervenir à chaque moment. J’invite les participants être le plus disponible possible à ce qui se trame autour d’eux. Le monde est un théâtre, et la balade doit le révéler. C’est la capacité d’observation des participant(e)s qui fait aussi la valeur d’une balade. Et la gageure pour ce type de parcours hybrides, c’est de trouver un juste milieu entre la visite guidée, qui ne laisse aucune place à la subjectivité du participant, et l’abandon à une trop grande liberté qui paralyserait le processus d’écriture. La solution que j’ai trouvée, c’est de ménager des espaces de respiration dans le parcours, soit pour lire des extraits de l’œuvre, soit pour observer l’espace alentour, soit en invitant les participants à restituer leur observations par des procédés rhétoriques comme la prosopopée, consistant à faire parler une statue, un banc ou un lampadaire. A la fin, ces balades donnent souvent lieu à un poème collectif que j’élabore en agençant les contributions des participants.

Quelle est votre visite/balade préférée ?

Balade poème aux Buttes ChaumontC’est celle que je propose à la tombée de la nuit aux Buttes-Chaumont. Parce qu’elle s’inspire d’un chef d’œuvre de la littérature française, Le Paysan de Paris, sorte de poème en prose réaliste et halluciné, et plus précisément de la partie intitulée « Le Sentiment de la nature aux Buttes-Chaumont ».  Il s’agit à la fois de refaire l’itinéraire de Louis Aragon, André Breton et Marcel Noll un soir d’août 1925, à la tombée de la nuit, à peu près dans les mêmes conditions lumineuses. Mais aussi de s’approprier cet espace à la fois urbain et naturel, bâti sur une carrière de gypse en vue de l’exposition universelle de 1867, entièrement artificiel bien que donnant le sentiment d’une nature rousseauiste. Pour initier les visiteurs à ce texte difficile, je leur propose d’écouter des podcasts, d’observer les usagers du parc et les statues, puis, arrivé au belvédère, d’écrire ce qu’ils voient et ressentent en tentant de composer des images surréalistes ! C’est-à-dire des métaphores ou des comparaisons surprenantes, qui renouvellent la langue, loin de ces clichés recouvert par la poussière de l’usage.

Avez-vous une anecdote sur la construction de vos balades ou les rencontres que vous avez faites ?

Je pense à une balade participative qui se reconstruit et s’élabore chaque fois qu’elle a lieu : une enquête poétique sur l’enfance d’André Breton à Pantin, qui devrait, à terme, mener à la publication d’un livre. Cela a commencé lorsque j’ai appris, incidemment, que le fondateur du surréalisme avait vécu entre 1902 et 1913 au coin de la rue Montgolfier et de la rue Étienne-Marcel à Pantin, à cinquante mètres de là où j’ai moi-même passé mon enfance. Chaque fois que j’ai fait cette balade, j’ai rencontré des gens qui avaient des liens plus ou moins objectifs avec cette histoire, comme ce chercheur retraité qui avait grandi au 70 avenue Édouard-Vaillant, dans l’immeuble où vivait la famille de Breton entre 1913 et 1918. Il s’agit de Michel Denis, que je salue au passage ! C’est la preuve que la balade se fait avec et par ceux qui la suivent...

Avez-vous des envies de créer d’autres balades ou d’autres formats ?

Mon site propose une dizaine de parcours. J’en inventerai encore bien d’autres, c’est sûr, mais c’est le format même de ces balades que je cherche à renouveler en repensant les ateliers d’écriture et les dérives qui les constituent. Je suis toujours en quête de nouvelle formes : en particulier, concernant les ateliers d’écriture, je cherche à mettre au point une formule qui permette de formaliser et de partager l’image surréaliste auprès de tous les publics, quels que soient l’âge, le milieu ou l’origine. Certains modèles syntaxiques permettent de partager de telles images, en remixant des phrases célèbres comme celle d’Eluard, « La terre est bleue comme une orange ». Ainsi, dans mon podcast Flow L’atelier oratoire, j’ai demandé à mes invités de définir « La Terre par une image ». 

Des adresses dans le Nord-Est parisien que vous recommandez ?

Aller se promener au parc de la Villette que j’ai connu, enfant, juste avant qu’il ne soit aménagé en un vaste espace vert d’ailleurs remarquablement réussi. Suivre le Canal de l’Ourcq, du bassin de la Villette jusqu’à Claye-Souilly par exemple, en passant par Bobigny, Bondy, Sevran, etc. Marcher sur le chemin de fer de Petite Ceinture, jadis inaccessible mais aujourd’hui ouvert par endroits – pourquoi ne pas aller voir un concert à La Gare, au niveau de l’avenue Corentin-Cariou ? Je trouve que le Canal de l'Ourcq et la Petite Ceinture, qui constituent respectivement une voie radiale et une voie circulaire, permettent de mieux appréhender l’espace du nord-est parisien dont votre site se fait la vitrine.


Actualités des visites, balades et croisières

Au fil de l'autre

Participez au parcours d'art urbain le long du canal de l'Ourcq

Participez au parcours d'art urbain le long du canal de l'Ourcq "Au fil de l'autre" crée par ROUCHON HÉRITAGE & Hugues Anhès en association avec L'Été du Canal en soutenant le projet sur la campagne de crowdfunding.
Ancienne gare de Bobigny

Des sites liés à la Seconde Guerre Mondiale à Paris

Visiter des lieux de mémoire est une expérience particulière. L'objectif affiché du tourisme de mémoire et de la plupart de ces lieux est de permettre au public de comprendre le plus objectivement possible l'histoire à travers celle du site. De nombreux sites de mémoire situés en région parisienne témoignent du passé.
Murs à pêches à Montreuil

En mai à Paris et en Seine-Saint-Denis

Le mois de mai en région parisienne est une période particulièrement plaisante. De nombreux événements sont proposés dont beaucoup en plein air ! Croisières, courses de 10 km, balades, festivals... découvrez toutes nos idées de sorties en mai.
Bords de Marne

Cap sur la Marne, croisières et balades en Île-de-France

Cap sur la Marne est une manifestation qui met en avant la rivière Marne et ses bords. Des animations et activités de plein air vous sont proposées sur la Marne et sur ses rives : croisières, balades, randonnées et activités nautiques.

Balade guidée à Paris

Les Passages Couverts parisiens à Trottinette
Les Passages Couverts parisiens à Trottinette
Samedi 18 mai 2024 (et 1 autre date)

La Plaine Monceau des musiciens
La Plaine Monceau des musiciens
Samedi 18 mai 2024 (et 1 autre date)

Voyage dans la culture indienne à Paris
Voyage dans la culture indienne à Paris
Samedi 18 mai 2024 (et 1 autre date)

Visite du parvis de la Défense et son musée à ciel ouvert
Visite du parvis de la Défense et son musée à ciel ouvert
Samedi 18 mai 2024 (et 5 autres dates)

Running visite La Villette/Canal Saint-Denis
Running visite La Villette/Canal Saint-Denis
Samedi 18 mai 2024 (et 4 autres dates)

Les dessous de Paris, galanterie et débauche
Les dessous de Paris, galanterie et débauche
Samedi 18 mai 2024 (et 13 autres dates)

Découverte des Espaces d'Abraxas à Noisy-le-Grand
Découverte des Espaces d'Abraxas à Noisy-le-Grand
Samedi 18 mai 2024 (et 6 autres dates)

Site par ID-Alizés