Vous êtes ici : Accueil  > 

Hôtel-de-Ville de Gagny


La mairie de Gagny occupe un bâtiment construit au XVIIIe siècle, souvent confondu avec le château. C'est un avocat au parlement de Paris, François Normand, qui se fait construire cette maison de campagne, une « folie », à Gagny, vers 1755. Elle devient la propriété de la famille Laugier-Villars en 1803.

La famille de Laugier-Villars, vieille famille de Provence

Les de Laugier, seigneurs de Villars, de Verdaches et de Beaucouse, sont issus d'une vieille famille de noblesse provençale et d'ancienne chevalerie. À la mort d'Antoine de Laugier, en 1512, la maison se divise en deux branches. Pierre, l'aîné, continue la branche directe des seigneurs de Villars et de Verdaches, fiefs dont il a hérité par son mariage. C'est l'un de ses descendants, Louis Henri, comte de Laugier-Villars, possédant un hôtel particulier à Paris, qui s'installe à Gagny en 1803. Louis XVIII le nomme officier supérieur dans la Compagnie des gendarmes de la garde du roi en 1814. Il meurt à Paris le 2 décembre 1831. Son fils, Alfred Charles Etienne, naît en 1801, peu avant l'arrivée de la famille à Gagny. Celui-ci cumule les titres et, de son mariage, en 1843, avec Charlotte Marie Auguste Pétronille de Messey naîtra une petite Pauline l'année suivante. La famille de Laugier-Villars conserve la maison de Gagny jusqu'en 1880.

La folie de Gagny devient la mairie

Henri-Nicolas Peretmère, un négociant parisien, achète la maison et l'occupe jusqu'en 1888. À cette date, la demeure est acquise par la municipalité qui, sous l'égide de son maire, Léon Bry, la transforme en mairie. Après quelques travaux de restauration, le nouveau bâtiment communal est inauguré le 12 octobre 1890 et la municipalité s'y installe. Cette demeure, au style néo-classique laissant souvent imaginer à tort qu'elle était le château du fief de Maison Rouge, a fière allure. Son aspect général a peu changé depuis sa construction, notamment le fronton orné de guirlandes et les fenêtres en bandeaux. Seul le toit a été modifié en 1926. En revanche, l'ancienne salle des fêtes au fronton sculpté a été construite en 1900, après que le bâtiment n'ait été transformé en mairie. Les sociétés artistiques y organisaient alors leurs manifestations, chants, danses, concerts. Aujourd'hui, cette salle a pour vocation d'accueillir les activités culturelles tant municipales qu'associatives.

Les archives municipales conservées à l'Hôtel-de-Ville

L'Hôtel-de-Ville abrite également les archives municipales. On peut y trouver de petits trésors comme l'acte de décès de Marie Aimée de Rohan-Montbazon, duchesse de Chevreuse (1600-1679). Amie intime d'Anne d'Autriche, Marie de Rohan-Montbazon est restée célèbre pour ses diverses conspirations contre Richelieu et Mazarin mais aussi pour ses aventures galantes. La duchesse passa les trois dernières années de sa vie au prieuré de Maison Rouge, installé sur le domaine depuis 1654, dans une grande quiétude, loin de la vie tumultueuse qu'elle avait menée à la cour. Disparue à l'âge de soixante-dix-neuf ans, son acte de décès et d'inhumation a été établi et signé par l'abbé Pierre Labeur.

Les archives municipales conservent également le plan cadastral napoléonien, (établi entre 1807 et 1850). Ce plan révèle comment la commune s'est organisée et développée. Les habitations (moins de 800 habitants en 1817) sont concentrées le long de la rue axiale. Les autres voies, se heurtant au plateau de Montfermeil, sont majoritairement orientées nord-sud, imposant le tracé allongé de la commune.

Hôtel-de-Ville de Gagny
Place Foch

93220 GAGNY
48.88523 , 2.535042
Hôtel-de-Ville de Gagny, Place Foch, 93220 GAGNY

Site par ID-Alizés