Vous êtes ici : Accueil  > 

La maison de Rose Bertin


Maison de Rose Bertin (DR)Maison de Rose Bertin à Epinay-sur-Seine © François Meillier Maison de Rose Bertin (DR)

Rose Bertin (1747-1813), la célèbre modiste de Marie-Antoinette, achète une propriété à Epinay-sur-Seine en 1782. Elle est à l'apogée de sa gloire. Elle y terminera ses jours trente ans plus tard.

Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette

Rose Bertin naît à Abbeville en 1747. À 16 ans, la jeune fille descend à Paris où elle travaille pour une modiste. En 1770, elle ouvre sa propre boutique faubourg Saint-Honoré, non loin du Palais Royal. Sous le nom du Grand Mogol, le fond de commerce de Mademoiselle Bertin connaît très vite un fabuleux succès. Lorsque Rose Bertin fait l'acquisition de cette boutique, le Grand Mogol emploie une trentaine d'ouvrières au service d'une clientèle prestigieuse. La Cour et la noblesse défilent au Grand Mogol puis, la reine elle-même, dont Rose Bertin devient une familière.

Mademoiselle Rose Bertin - costumière de la Reine (MET NYC - Jean François Janinet (French, Paris 1752-1814 Paris))Pour la souveraine, Rose Bertin invente des coiffures de plus en plus excentriques, de plus en plus hautes et compliquées. La coiffure à la belle poule, le pouf aux sentiments, ou bien les chapeaux dits à la Montgolfier ou à la Philadelphie emportent un succès retentissant auprès de Marie-Antoinette et de ces dames de la Cour voulant imiter la reine. Celle-ci dit qu'elle a trouvé en Rose Bertin son « ministre des modes ». L'entreprise se développe dans toute l'Europe mais connaît un coup d'arrêt fatal en 1789. Rose Bertin est accusée d'entretenir, pour son propre intérêt, les dépenses inconsidérées de Marie-Antoinette qui se rend impopulaire. Si la Révolution menace sérieusement sa situation, elle sait faire front et poursuit, autant que faire se peut, son commerce avec l'étranger et même la famille royale. Elle spécule sur la vente des biens nationaux, doit émigrer vers l'Angleterre pour, finalement, revenir après Thermidor (1794) et tenter de sauver ce qui peut l'être. Rose Bertin ne retrouve pas son ancienne prospérité mais récupère ses biens, notamment la maison d'Epinay où elle se fixe vers 1795-1796. Elle y termine ses jours en 1813.

À Epinay, Rose Bertin connaît le bonheur parfait

De l'ancienne maison de Rose Bertin, située avenue de la République, subsiste un pavillon du XVIIIe siècle quelque peu dénaturé. Il conserve toutefois sa terrasse entourée d'une balustrade garnie de pots à feu, ornements représentant un vase d'où paraissent sortir des flammes, caractéristiques de l'architecture classique. Ses baies, désormais murées, sont encore ornées, à la clé, de têtes de femmes. Le bâtiment principal, rénové au XIXe siècle, porte le nom de pavillon Béatus. Ce nom, choisi par Rose Bertin elle-même, signifie peut-être qu'après s'être frottée aux plus grands de la Cour, cette roturière connût là la béatitude d'un repos bien mérité. La réalité est probablement plus prosaïque, la maison de Rose Bertin étant située au lieu-dit les Béatus, nom ancien à Epinay. Ces deux pavillons ont été inscrits à l'inventaire des monuments historiques en 1933.

Photos droits réservés

La maison de Rose Bertin
Avenue de la République

93800 EPINAY-SUR-SEINE
48.952096 , 2.3129383000000416
La maison de Rose Bertin, Avenue de la République, 93800 EPINAY-SUR-SEINE

Site par ID-Alizés