Vous êtes ici : Accueil  > À l'affiche

Interview de Boris Spire, directeur et programmateur du Cinéma L'Ecran à Saint-Denis

  • Cinéma l'écran Saint-Denis

Après l'interview de Gilles Sampieri, directeur du théâtre Le Colombier à Bagnolet, Seine-Saint-Denis Tourisme donne la parole à Boris Spire, directeur et programmateur de L'Ecran à Saint-Denis.

Le cinéma d'art et d'essai vient de fêter les 20 ans des Journées cinématographiques et accueille prochainement la 15e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. 

Boris Spire, vous êtes le directeur du cinéma l’Ecran, à Saint-Denis, depuis 2004. Pouvez-vous nous présenter vos axes de programmation ?

Boris Spire, directeur et programmateur de l'Ecran Notre cinéma défend la diversité du cinéma mondial, un seul facteur compte vraiment : la qualité des films que nous présentons.

On peut programmer aussi bien un film chilien relativement méconnu comme le magnifique La cordillère des songes qu’un quasi blockbuster américain type Joker.

Nous sommes une salle de cinéma financée par des deniers publics, ce qui nous confère quelques missions de service public du cinéma : la défense d’un cinéma pluriel, majoritairement art et essai, une politique d’animation très forte de nos salles tout au long de l’année. Nous recevons ainsi au moins une fois par semaine des réalisatrices.eurs venant rencontrer nos publics. Nous travaillons toute l’année avec le jeune public et le scolaire, de la maternelle à l’université autour de ce que nous pouvons appeler une politique d’éducation à l’image. Il s’agit d’un axe essentiel pour nous, celui d’accompagner, à notre niveau, la jeune génération, à apprendre à choisir les images qu’ils regardent et savoir également les décrypter. Dans un monde envahi par les images, il s’agit d’un défi essentiel et éminemment important.

Quels sont les festivals auxquels l’Ecran participe ?

Notre cinéma participe à plusieurs festivals, que nous organisons directement, que nous co-organisons ou que nous accueillons.

Nous apportons, à chaque fois, un regard sur la programmation et un accompagnement dans l’animation des séances.

Journées cinématographiquesNous organisons les Journées cinématographiques qui viennent de fêter leur 20 ans, du 24 janvier au 8 février derniers. C’est le festival que nous organisons nous-mêmes de A à Z, avec une thématique différente chaque année, autour du cinéma d’hier et d’aujourd’hui. La nouveauté cette année, c’est que nous organisons ce festival avec trois autres salles de Seine-Saint-Denis : l'Espace 1789 à Saint-Ouen, L'Etoile à La Courneuve et Le Studio Aubervilliers. Cela permet un rayonnement dans le département plus important et une démarche de construction collective tout à fait intéressante.

Nous co-organisons également le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient que nous avons contribué à créer. C’est l’association dionysienne Indigènes Films qui nous a proposé ce merveilleux projet en 2005, et nous sommes heureux de continuer à le faire vivre à Saint-Denis.

Nous accueillons également le festival CinéBanlieue autre grand moment de la vie de notre cinéma.

Quelle est votre vision du territoire ? 

Notre territoire à Saint-Denis est un territoire passionnant, riche et absolument unique. Le travail que nous effectuons tout au long de l’année dans notre cinéma tente de rendre compte de toutes ces richesses, de culture, de savoir-faire, de tradition, d’histoire, portés avant tout par la passion de citoyennes et de citoyens engagés. Nous sommes ainsi en contact permanent avec le tissu associatif local qui est d’une richesse incroyable, pour tenter de construire avec ces citoyens investis dans leur ville, des événements communs avec et autour du cinéma.

Je vois notre territoire, notre ville comme notre département, comme un endroit où se joue en quelque sorte l’avenir du monde, ce fameux vivre ensemble si bousculé aujourd’hui. Notre territoire fait la preuve, au contraire de ce que certains crient à longueur de médias, que l’autre n’est pas un ennemi mais avant tout quelqu’un qui peut m’enrichir. Malgré les difficultés réelles qui existent ici comme ailleurs, l’avenir du monde passe par ce dialogue permanent entre toutes et tous, par un en-commun que nous sommes nombreux à défendre en Seine-Saint-Denis. Je crois modestement tenter de contribuer à cela au sein de notre cinéma.

Pour finir, quelles sont les bonnes adresses que vous souhaitez partager avec nos lecteurs ?

A ceux qui aiment le cinéma, je ne peux que leur conseiller de fréquenter les 23 cinémas publics de notre département, il s’agit de lieux animés par des équipes de passionnés qui animent et programment des films et des événements en tous genres, loin de la froideur des multiplexes tournés avant tout vers le business.

Par ailleurs, à Saint-Denis, dés qu’un rayon de soleil se pointe, venez déambuler sur la place devant la Basilique, entre cafés et restaurants, l’ambiance est hyper sympathique ! Pour ceux qui cherchent un peu de calme dans la ville, une balade dans le Parc de la Légion d’honneur, juste à côté de la Basilique, s’impose.

Merci beaucoup Boris Spire !

15e édition du PCMMORetrouvez le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient du 3 au 21 mars 2020, avec plus de 50 filmes dont 10 longs-métrages inédits. Souad Massi est la marraine de la 15e édition du PCMMO.

Découvrez la liste des salles de cinéma du Nord-Est Parisien

Mercredi 19 Février 2020 - 13:13

Inscription à la newsletter

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information grand public pour recevoir directement par courrier électronique l'actualité du tourisme, les visites exclusives et nouveautés, ainsi que des idées de loisirs, sorties et spectacles et bons plans à venir en Île-de-France.

* Champs obligatoires

Participez à des visites extraordinaires

Partagez cet article


Site par ID-Alizés
Information Covid-19
La pandémie du Covid-19 constitue une crise sanitaire d'ampleur inégalée. Les mesures de confinement - après la fermeture des salles de spectacle, des écoles, puis des bars, restaurants et discothèques - impactent les vies de chacune et de chacun de façon inédite, et fragilisent fortement les secteurs du tourisme, des loisirs, de la culture, de l'hôtellerie, des transports et de l'événementiel notamment. Lire la suite