Vous êtes ici : Accueil  >   > 

La Seine-Saint-Denis et le cinéma : un lien historique


Studio Pathé à Montreuil - Gilbert Schoon - collection Fondation Jérôme Seydoux-PathéL'histoire de la Seine-Saint-Denis est liée à celle du cinéma et du spectacle animé. Le praxinoscope d’Émile Reynaud, né à Montreuil, est breveté en 1877. Il est une étape importante dans la grande marche vers le cinématographe et conduit son auteur au seuil de l’invention du film. En 1892, trois ans avant le cinématographe des frères Lumière, il présente un spectacle de "Pantomimes lumineuses" au moyen de son appareil, perfectionné en "théâtre optique".

Des premiers studios cinématographiques...

En 1897, Georges Méliès, prestidigitateur et directeur du théâtre Robert-Houdin, construit le premier studio de cinéma dans son jardin à Montreuil. La Star-Film est née et produira plus de cinq cents films, dont le célèbre Voyage dans la lune. Georges Méliès fut ainsi le pionnier génial du cinéma comme spectacle et l’inventeur des effets spéciaux que l’on appelait alors trucages. La même année, les frères Pathé, à la tête de la "Compagnie générale de cinématographes, phonographes et pellicules" qui deviendra la première firme de cinéma au monde, commercialisent des caméras à Vincennes. Ils construisent bientôt un studio à Montreuil, à proximité de celui de Méliès. Ils l’offriront, au début des années 1920, à un groupe de cinéastes émigrés russes contre la promesse qu’ils leur confieront la distribution de leurs films. Ces réalisateurs russes y tourneront quelques chefs d’œuvre du muet et leur succès donnera un coup de fouet à la production française. Ce studio, Pathé-Albatros, existe toujours. Aujourd’hui, Pathé est installé à Saint-Ouen.

En 1908, Émile Cohl, qui travaille à Montreuil, invente le dessin animé cinématographique avec Fantasmagorie et fait de l’animation un art à part entière. Dans son studio de Montfermeil, Albert Mourlan, de 1919 à 1939, crée dessins animés et films d’animations, ainsi que des films techniques, scientifiques et publicitaires. En 1907, Les studios Éclair voient le jour. L’un des deux fondateurs de la société française des films Éclair, Charles Jourjon écrit au maire pour créer "une usine qui ne fera ni bruit, ni fumée, ni odeur et n’occupera qu’un très petit nombre d’ouvriers… C’est une industrie de luxe et d’art".

… aux tournages de grands Films français

La cité du cinéma à Saint-Denis - DRDes classiques du cinéma français y sont réalisés par les plus grands metteurs en scène René Clair, Jacques Feyder, Jean Renoir… De très nombreux cinéastes y tournent aujourd’hui leurs films : Alain Resnais, Michel Deville, Bertrand Blier, Claude Sautet, Luc Besson… Les laboratoires Eclair n’ont cessé d’innover : premier vrai film parlant français, premiers films couleur en France. Les nouveaux laboratoires, inaugurés en 1992, sont à la pointe de la technique numérique.

D’autres studios sont apparus, à Aubervilliers, où François Ozon a tourné Huit femmes, à Saint-Denis, à Stains… Et, autour des activités de tournage, de nombreuses entreprises offrent leurs savoir-faire : décor, costumes, éclairage, prise de vue, doublage…

Aujourd’hui, le projet d’une cité du cinéma s'est concrétisé en Seine-Saint-Denis. Porté par le réalisateur et producteur Luc Besson, l’objectif est de doter la France d’un équipement majeur sur le modèle des studios Pinewood en Grande-Bretagne. Ce nouvel équipement conforte la tradition d’un cinéma bien vivant en Seine-Saint-Denis.

Consultez la liste des salles de cinéma de Seine-Saint-Denis


Site par ID-Alizés