English website
Espace Réservation

François Hollande à Saint-Denis : La Basilique Saint-Denis va remonter sa flèche

  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis 19 09 2015 (2)
  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis (4)
  • Basilique Saint Denis avec sa flèche
  • Basilique Saint-Denis en 1820
  • Flèches de la Basilique de Saint-Denis
  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis (5)
  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis (6)
  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis 19 09 2015
  • François Hollande à la Basilique de Saint-Denis 19 09 2015 (3)
  • Projet Saint-Denis remonte sa flèche

C'est le remontage de la flèche de la Basilique qui était au centre de la visite de François Hollande à Saint-Denis, en ouverture de l'édition 2015 des Journées européennes du Patrimoine.

En effet, la venue du Président de la République, au matin du samedi 19 septembre 2015 ne peut avoir d'autre explication que son très fort intérêt pour ce projet : le remontage de la flèche de la Basilique, pièce majeure du patrimoine national, pourrait faire figure de symbole pour la construction de la métropole du Grand Paris. François Hollande était entouré d'une trentaine de personnalités au nombre desquelles la ministre de la culture, Fleur Pellerin, le préfet de Région, Jean-François Carenco, le Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel, les députés Mathieu Hanotin et Bruno Leroux, le président du Centre des monuments nationaux, Jean-François Belaval, l'évêque de Saint-Denis, Monseigneur Delannoy et Serge Santos, l'administrateur de la Basilique.

L'idée avait été lancée en 2013 par le Maire de Saint-Denis, Didier Paillard, le Président de la communauté d'agglomération Plaine Commune et le président de l'office de tourisme, Francis Dubrac et l'Elysée en a visiblement perçu la portée. Admirant la façade occidentale de la Basilique, tout juste restaurée, visitant également la crypte récemment réaménagée, François Hollande a pu écouter avec attention les commentaires éclairés de Jacques Moulin, architecte en chef des Monuments historiques qui a piloté la restauration de la façade.

Le remontage de la flèche auquel la visite présidentielle va, sans aucun doute, donner un coup d'accélérateur est une bien longue histoire.

Construite en 1219, la flèche de la Basilique, qui culminait à 86 m, était la plus haute de toute la région. On pouvait repérer Saint-Denis, par sa basilique, de très loin. En 1837, la foudre tombe sur la flèche qui doit être reconstruite. C'est l'architecte François Debret, alors en charge d'un très important chantier de restauration de la Basilique qui dirige sa reconstruction. Mais douze ans plus tard, à la suite d'un ouragan qui déstabilise à nouveau l'édifice, François Debret démonte la flèche. Eugène Viollet-le-Duc, son successeur et contradicteur décidera de démonter la tour nord qui supportait la flèche mais son ambitieux projet de reconstruction de deux flèches symétriques ne sera jamais réalisé.

Plus d'informations sur le remontage de la flèche de la Basilique

Plus d'un siècle et demi a passé et un nouveau projet de reconstruction voit le jour. Dans la foulée du très important chantier de restauration de la façade et de ses trois portail achevé en 2015, la flèche devrait à nouveau s'élever vers le ciel.

Un chantier exceptionnel pour restaurer la Basilique

L'ambition affichée est de redonner à la Basilique son intégrité et son harmonie. C'est également de faire de ce chantier forcément exceptionnel, un puissant levier de développement local et un argument touristique majeur de portée nationale et internationale. En effet, ce chantier devra être public et ouvert à la visite. Référence est donnée à deux projets conduits avec succès en France : celui de la reconstruction de l'Hermione, la frégate de La Fayette à Rochefort, et celui de la construction d'un château du XIIIe siècle à Guedelon dans l'Yonne avec les techniques de l'époque. Ces chantiers reçoivent chacun plusieurs centaines de visiteurs payant chaque année qui concourent fortement à leur viabilité économique.

Le projet se donne une autre référence : celle des bâtisseurs de cathédrales qui mettaient en œuvre les savoir-faire exceptionnels des artisans, tailleurs de pierre, forgerons, sculpteurs, maçons, charpentiers anonymes. Dans cette lignée, le projet affiche l'ambition de marier la rigueur historique et scientifique indispensable à la restauration de ce joyau de l'art gothique avec le caractère de grand événement populaire. Il s'agira de montrer à des centaines de milliers de visiteurs les savoir-faire qui s'exerceront sous leurs yeux, de leur faire vivre ainsi l'histoire d'un monument exceptionnel mais également de jouer de tous les registres du développement local. On parle même d'une dimension d'insertion pour les jeunes.

Les promoteurs du projet annoncent que sa faisabilité technique est en cours d'étude, ainsi que son modèle économique. Un comité de parrainage présidé par Erik Orsenna a été constitué ; il réunit des personnalités de tous horizons : historiens, historiens de l’art, universitaires, politiques, chefs d’entreprise, artistes, écrivains, acteur...

Catégories : Page d'accueilA voir absolumentPatrimoine
Samedi 19 Septembre 2015 - 15:22

Partagez cet article