seine saint denis

Un monument royal

 Parure de la reine Arégonde : plaque boucle et contre plaque, paire de fibules, boucles d'oreilles, paire d'épingles, grande épingle et bague nominative. Arnaudet © RMN La riche et très influente noble parisienne, sainte Geneviève, témoigne d'une dévotion toute particulière à saint Denis. Elle fit sans doute construire en 475 un premier bâtiment. Le développement d'une vaste nécropole, qui s'étend bien au-delà du bâtiment, entraîne aux VIe et VIIe siècles, un agrandissement de l'église. De nombreux personnages de haut rang, essentiellement des femmes, sont inhumés au plus près du saint. La découverte, en 1959, du sarcophage de la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, morte dans la deuxième partie du VIe siècle, indique la puissance d'attraction du sanctuaire. Les bijoux associés à sa sépulture sont conservés au musée du Louvre.

Monument funéraire de Dagobert datant du XIIIe siècle, pierre calcaire. C.Rose © CMN Cinquante ans plus tard, en 639, le roi Dagobert est le premier roi franc à trouver sépulture dans la basilique de Saint-Denis.

Dagobert s'illustra par de généreuses donations à l'abbaye et créa, selon la tradition légendaire, la foire de Saint-Denis chaque mois d'octobre, source de grandes richesses pour le monastère.

Quelques Mérovingiens et Carolingiens furent inhumés dans la basilique, comme Charles Martel, Pépin le Bref ou Charles le Chauve.

Charles Martel meurt en 741. Celui qui n'est que le maire du Palais, s'assure une inhumation prestigieuse, en face du grand roi Dagobert. Il fait ainsi accéder sa famille, les Pippinides, futurs Carolingiens, au rang des plus grands. Bien qu'il ne fût pas roi, son gisant réalisé au XIIIe siècle le montre couronné car les Capétiens reconnaissaient en lui l'ancêtre de la grande dynastie carolingienne.

Pépin le Bref, fils de Charles Martel, reçut l'onction du pape Étienne II à Saint-Denis, en juillet 754, scellant ainsi l'alliance entre les rois francs et la Papauté. Ce fut le premier souverain sacré image de Dieu sur terre. Ce grand roi fit alors reconstruire l'église à la manière des édifices romains de type basilique. Dotée d'un plafond de bois, de dizaines de colonnes de marbre et décorée de milliers de lampes à huiles, on y associa, pour la première fois, une crypte qui abrita, jusqu'au XIIe siècle, les reliques de saint Denis. Les vestiges de ce martyrium à la mode romaine, décoré de peintures imitant le marbre, sont encore en place.

D’autres gisants de la dynastie des mérovingiens sont visibles à Saint-Denis

Clovis Ier 481-511
Childebert Ier 511-588
Frédégonde † 597
Clovis II 639-657



Inscrivez-vous aux visites

Site par ID-Alizés