seine saint denis

Une architecture novatrice

La construction de la basilique s'organise, au cours des siècles, autour de la tombe de saint Denis. Les différentes architectures qui se sont succédé en ces lieux du Ve siècle au XIIIe siècle : l'église carolingienne, la basilique de Suger et l'immense vaisseau de Saint Louis furent toutes considérées comme des chefs-d'œuvre novateurs en leur temps.

Saint Denis et la crypte archéologique

Crypte archéologique avec la fosse de Denis. P.Cadet © CMN La riche et très influente noble parisienne, sainte Geneviève, très attachée à saint Denis, fait sans doute construire en 475, sans qu'on puisse l'affirmer, un premier bâtiment de 20m de long sur 9m de large, dont il subsiste aujourd'hui quelques murs de fondation. La volonté de nombreux aristocrates de se faire inhumer auprès de saint Denis entraîne l'agrandissement, au VIe et VIIe siècles, de la basilique.

Au VIIIe siècle, à l'occasion de son sacre, Pépin le Bref décide la reconstruction de l'édifice à la manière des édifices romains de type basilique. On peut voir aujourd'hui, dans l'immense crypte de la basilique, riche de l'histoire la plus ancienne de Saint-Denis, une fosse qui conserve le souvenir de l'emplacement de la tombe et des reliques de saint Denis et de ses deux compagnons de martyr, installés à cet endroit jusqu'au XIIe siècle. Cette fosse est le centre de tous les édifices construits, de la première chapelle, du IVe ou Ve siècle, jusqu'à l'abbatiale du XIIIe siècle.

Les amoureux de l'art roman trouveront aussi, dans la crypte de Saint-Denis, un des rares témoignages de cet art en Ile-de-France. Cet espace conserve plusieurs chapiteaux historiés, notamment dédiés à la vie de saint Benoît, et des chapiteaux à décor de feuillages. Sa massivité a servi de point d'appui au nouveau chevet supérieur que le célèbre abbé de Saint-Denis, Suger, crée dès 1140.

A gauche, crypte de Suger, avec ses chapelles rayonnantes. Cette crypte est encore romane. P.Cadet © CMN. A droite, exemple de chapiteau historié de la crypte. Chapiteau dédié à la vie de saint-Benoît. Benoît vécut en ermite grâce au soutien du moine Romanus qui lui apportait quotidiennement de quoi se nourrir. Ici, le puit représente la grotte dans laquelle Benoît se retira. On distingue une corde et sa poulie, un panier et du pain. C.Rose © CMN.

A gauche, crypte de Suger, avec ses chapelles rayonnantes. Cette crypte est encore romane. P.Cadet © CMN. A droite, exemple de chapiteau historié de la crypte. Chapiteau dédié à la vie de saint-Benoît. Benoît vécut en ermite grâce au soutien du moine Romanus qui lui apportait quotidiennement de quoi se nourrir. Ici, le puits représente la grotte dans laquelle Benoît se retira. On distingue une corde et sa poulie, un panier et du pain. C.Rose © CMN.



Inscrivez-vous aux visites

Site par ID-Alizés