seine saint denis

Remontage de la flèche de la Basilique de Saint-Denis par l'architecte en Chef des Monuments historiques

  • Basilique de Saint-Denis et Maison d'éducation de la Légion d'honneur vues depuis le beffroi de l'hôtel de ville
  • jacques Moulin interview - Basilique Saint-Denis Flèche
  • ©Julie Guiches - Remontage de la fleche de la basilique cathedrale de Saint-Denis - vue 3D

En 1846, la flèche de la cathédrale de Saint-Denis est démontée suite à plusieurs tornades. Après des années d'hésitation, cette flèche va enfin pouvoir être remontée. Jacques Moulin, Architecte en Chef des Monuments Historiques supervise le projet et nous explique la genèse et les différentes étapes du chantier de remontage de la flèche qui devrait s'ouvrir entre septembre et octobre 2018.

 

La Basilique de Saint-Denis retrouve sa flèche, entretien avec Jacques Moulin, architecte en chef des monuments nationaux.

Naissance du projet de remontage de la flèche

Jacques Moulin : Le projet de remontage date de bien avant nous tous. Dès le XIXe siècle, il a toujours été prévu de remonter ce clocher et cette flèche qui étaient prévus démontés pour être remontés. Et dès les années 1840, dès les années 1860, dès les années 1900, vous avez un relais permanent qui est fait soit par l'administration des monuments historiques, soit par la municipalité de remonter le clocher. Et ce relais va être pris par Marcelin Berthelot, le maire de Saint-Denis, à partir 1971. C'est donc un projet très ancien.

Lire aussi : Le démontage de la tour Nord de la Basilique

À quand la pose de la première pierre ?

J. M. : Avant de poser une première pierre, il y a, comme dans tout projet, beaucoup d'années de travail d'étude, d'élaboration de projets à proprement parler qui ne se matérialisent pas sur le terrain mais qui conditionnent toute la suite des événements. Cela fait cinq ans que nous travaillons sur le projet et si tout se passe bien, après l'installation des échafaudages et tout ce qu'il faudra pour accueillir le public, c'est en septembre 2018 que les visiteurs pourront accéder au chantier.

Les grandes étapes du remontage de la flèche

J. M. : Les grandes étapes sont un peu différentes de celles d'un projet neuf. Cette flèche est parfaitement connue grâce aux innombrables dessins anciens que nous en avons, grâce aux pierres, grâce aux analyses qui ont été faites. Elle a déjà été pensée et notre objectif est de la refaire exactement selon les dispositions qu'elle avait à l'époque médiévale jusqu'à sa destruction au début du XIXe siècle.

En revanche, les grandes étapes ont été des étapes de conviction. Convaincre une administration que cette flèche pouvait être bénéfique à l'église, qu'elle servirait à la fois à l'authenticité du monument, à son attractivité, au rayonnement de Saint-Denis et à la remise en place de Saint-Denis dans son niveau des monuments d'Île-de-France. Convaincre également des élus de l'équilibre financier d'un projet original qui va se payer grâce à ses visiteurs. Ce n'est pas un schéma usuel où l'argent public sert à restaurer un monument, c'est l'argent des visiteurs qui va servir à restaurer ce monument. Convaincre enfin tous ceux qui, réticents, pouvaient craindre que ça vienne au détriment des travaux de la basilique mais à qui l'on a pu démontrer que au contraire c'est le dynamisme de la flèche qui profite d'ores et déjà à la basilique, qui permet la démultiplication de ces travaux et qui permettra même à terme le mécénat d'un certain nombre de restaurations.

Lire aussi : le feu vert du ministère de la Culture pour le projet remontage de la flèche

Que verront les visiteurs ?

J. M. : Les visiteurs verront un spectacle total. Certes, ils vont voir un chantier comme jamais ils n’en auront vu et comme jamais il n'y en a eu depuis des siècles. Mais ils vont également redécouvrir un site, une Île-de-France vue de 28 mètres de haut c'est un spectacle fascinant quand vous avez l'impression de pouvoir avec une pince à sucre cueillir le Sacré-Cœur, le stade de France, les archives de Pierrefitte. Vous êtes là véritablement au cœur de la région parisienne et vous la dominez. Ils verront le spectacle d'une ville vue du haut. Et pour les habitants, voir où on habite où on va à l'école, où on fait ses courses, la ville où l'on vit, d'un autre point de vue c'est une découverte absolument fascinante.

C'est aussi la découverte d'un monument de près et de haut l'abbatiale, le cloître de l'abbaye, la maison de la légion d'honneur. C'est une visite totalement atypique que les gens feront d'un monument dans les conditions d'un chantier qui sont les nôtres quotidiennement et dont on ne se lasse nous jamais malgré trente ans de rodage et qu'on va pouvoir enfin offrir à des visiteurs.

Enfin, c'est tout le spectacle extraordinaire de la construction d'un édifice. Un édifice c'est fascinant parce que ce ne sont pas que des pierres, ce sont des gens vivants qui l’ont fait, qui l’ont entretenu, qui l'on restauré et c'est cette vie qui va pouvoir être offerte à chacun durant toute la durée du chantier.

Début des visites du chantier de la flèche

J. M. : Si tout se passe bien, le début du chantier devrait ouvert au public à partir de septembre-octobre 2018 après les travaux de consolidation préalable du massif occidental. C'est donc un spectacle non seulement très proche mais qui durera peut-être une dizaine d'années selon l'expérience que nous avons eue au château de Guédelon.

Ceux qui ont vu les premières pierres sont contents de les voir monter, sont contents de voir les suivantes, seront contents de voir suivre la progression de ce chantier un événement ce n'est pas un flash ponctuel sur la réalisation d'un jour c'est tout un suivi des aventures d'une vie pour ceux qui le font et pour ceux qui le voient et les visiteurs de Guédelon sont des visiteurs réguliers qui participent pleinement à la construction du bâtiment.

Lundi 09 Octobre 2017 - 14:52


Inscrivez-vous aux visites

Site par ID-Alizés