Vous êtes ici : Accueil  >   > 

Le Bourget


Le Bourget, ville du salon de l'aéronautiqueLa ville du Bourget vit tout entière autour de son terrain d’aviation, d’où partit son Histoire et qui fut, avant Orly, l’aire d’envol des français.

Bourget provient du latin "burgellum," petit bourg. La ville du Bourget est historiquement connue par les combats qui s'y déroulèrent en octobre et décembre 1870, puis les événements qui se succédèrent sur son terrain d'aviation, créé pour les besoins militaires en 1914, et qui devint le premier aéroport de Paris avant la construction d'Orly. C'est essentiellement à ces faits que se rapportera une visite de la ville.

Visite du Bourget depuis la gare RER

Commencez votre parcours par la gare RER, édifice classique et harmonieux qui remonte à la création de la ligne de chemin de fer de Soissons. Elle fut le point de départ vers le front d'innombrables convois militaires durant la guerre 14-18. Les nazis l'utilisèrent jusqu'en 1942 pour la déportation vers les camps de la mort des juifs internés à Drancy, comme l'indique une plaque commémorative. La place de la gare porte d'ailleurs le nom de Place des Déportés.

En s'engageant dans la rue Francis-de-Pressensé, on remarquera au n°9 la maison d'un chef d'entreprise construite dans les mêmes matériaux que l'était son usine, mais agrémentée d'une architecture recherchée qui marie brique, meulière, enduits colorés et éléments moulés. Le garage, à droite de la maison, était à l'origine les écuries du maître des lieux. Au bout de la rue, on croise l'avenue Jean-Jaurès qu'il faut emprunter vers la gauche pour rejoindre la nationale 2 et l'Hôtel de ville, témoin du style des années trente. Les troupes allemandes l'incendièrent à leur départ et l'intérieur dut être entièrement restauré. Dans l'escalier d'honneur se trouve une fresque de Charles Fouqueret représentant une scène des combats de 1870.

En sortant de la mairie, traverser la nationale et prendre à droite la rue du commandant Rolland où l'on découvre, au n°15, un immeuble de briques vernissées bleues à l'élégante façade, datant de 1900. Au 43, l'usine Mc Neil Aron Repiquet, à la riche ornementation, caractéristique des établissements début du siècle. Un peu plus loin, l'immense nef en béton de la Compagnie Electromécanique de la même époque.

Retourner sur la nationale et remonter l'avenue vers la droite pour déboucher sur la Place du 11 novembre, en forme de mail, qui fut longtemps le cœur de la ville, et où se trouve le monument de L’Epée brisée, célébrant les soldats morts pour la France en 1870 avec cette inscription ; "Ils sont morts pour défendre la patrie. L'épée brisée dans leurs vaillantes mains sera forgée de nouveau par leurs descendants."

Une église classée de style campagnard

Toujours sur la nationale, la modeste église du Bourget, de style campagnard, doit son renom et son classement comme monument historique au fait que le 30 octobre 1870 le commandant Brasseur s’y retrancha et fut tué avec ses hommes par les Prussiens qui se ruaient vers Paris. C'est aussi là que le commandant Rolland, blessé, se rendit aux assaillants quelques heures plus tard avec une poignée de survivants. Le maître-autel est surmonté d'un bas-relief consacré à Notre-Dame des Ailes.

Redescendre l'avenue jusqu'au carrefour de la Poste et prendre à droite l'avenue du Président Kennedy pour se trouver, à l'entrée du cimetière, devant la chapelle commémorative contenant les restes de 500 soldats tués lors des combats de 1870. Dans le cimetière, on peut voir la tombe du commandant Rolland, du maître de Poste Muissier, et le monument aux morts bavarois. On peut encore voir au Bourget l'emplacement du pavillon de chasse de Louis XV (square Charles-de-Gaulle), l'Institut de Formation des Maîtres (rue Roger-Salengro), le parc des expositons - Paris-Le Bourget, ou le Musée de l'Air et de l'Espace, premier au monde pour l'étendue de sa collection qui va des premières montgolfières aux dernières versions d'Ariane.

Le Bourget : infos pratiques lors de votre visite


Site par ID-Alizés