seine saint denis
A voir absolument A l'affiche Nos visites

Les animaux de la basilique Saint-Denis

À partir du XIIe siècle, des animaux sont placés aux pieds des gisants. Ils protègent le défunt dans l’au-delà. Certains considèrent même qu’ils sont placés là pour empêcher un retour des morts et protéger ainsi les vivants. Cette tradition provient des statues de portails d’églises sur lesquels les personnages sont associés à un animal réel ou mythique qui représente une qualité ou un vice. Ces symboles, dont on trouve plusieurs exemples dans la basilique Saint-Denis, peuvent revêtir plusieurs significations.

Le chien, symbole féminin et gardien

Le chien est souvent aux pieds des gisants de femmes, parfois des enfants. C'est le cas pour le gisant de Louis de France, fils de Saint-Louis, mort à 17 ans. Il symbolise la fidélité au souverain et au royaume, mais aussi et surtout la foi. Le chien est aussi le guide dans le royaume des morts. Quand il tient un os entre ses pattes, c’est le signe que le corps se trouve sous le gisant comme sur la statue de Marguerite de Flandre.

Le lion, roi des animaux

Lion au pied du gisant de Philippe III Le Hardi. © Jean-Christophe Ballot - Centre des monuments nationaux.C’est tout naturellement que le lion est associé au roi. Le "roi des animaux" est symbole de force, de puissance et de justice. On y voit aussi l’évocation du père, mais aussi et surtout, de la résurrection du Christ. On pensait au Moyen âge que les lionceaux naissaient mort-nés et revenaient à la vie 3 jours après grâce au souffle de la mère. Le lion est toujours aux pieds des gisant d'hommes, à l'exception du gisant de la petite princesse non identifiée visible à la nécropole de Saint-Denis. On en trouve plusieurs à Saint-Denis, aux pieds des gisants de Jean, fils de Saint-Louis, Philippe III le Hardi, ou encore Charles, comte d'Étampes.

Le dragon, mythique et maléfique

Le dragon est associé au Mal. Placé au pied d’un gisant, il rappelle ceux placés bien souvent aux pieds de Marie, victorieuse du mal. Le gisant attribué à Marie de Brienne à Saint-Denis en est un exemple. C’est d’ailleurs grâce à la présence de ce symbole que l’on a pu identifier ce gisant.

Le porc-épic, "Qui s’y frotte s’y pique"

Le porc-épic évoque l’ordre du porc-épic fondé par Louis d’Orléans le jour du baptême de son fils Charles. Le porc-épic est le symbole des Valois-Orléans. Louis de France aurait pris cet animal guerrier comme emblème pour intimider le duc de Bourgogne. La célèbre devise "Qui s’y frotte s’y pique" a été attribuée par erreur aux Ducs d’Orléans. La devise de l’ordre du porc-épic était en réalité Cominus et eminus, "de près ou de loin". Le roi Louis XII supprimera cet ordre, mais en conservera l’emblème.

Le furet, un chasseur émérite

On trouve à Saint-Denis un furet au pied du gisant de Philippe d'Orléans, dans le tombeau des Ducs d’Orléans. Il fait référence au fait que le défunt était un bon chasseur. Ici le symbole a pour fonction de vanter une vertu du personnage.



Visites guidées

Plus de visites du patrimoine

Le nouveau Tribunal de Paris signé Renzo Piano

Le nouveau Tribunal de Paris signé Renzo Piano

Mardi 22 Octobre 2019 (et 9 autres dates)

Aux Belles Poules, une ancienne maison close des années 20

Aux Belles Poules, une ancienne maison close des années 20

Mercredi 23 Octobre 2019 (et 5 autres dates)

Site par ID-Alizés