seine saint denis
A voir absolument A l'affiche Nos visites

De Denis de Paris à Denys l'aréopagite

L'évêque de Paris ne serait-il pas un personnage biblique ? La confusion avec Denys l'Aréopagite, converti par saint Paul à Athènes, permet d'établir un lien entre l'Orient et l'Occident.

La confusion des deux denis

Vers la fin du VIIe siècle, la deuxième Passion de Denis introduit dans la légende une nouveauté qui fera date : d'après l'auteur anonyme, Denis de Paris ne serait autre que le fameux Denys converti par saint Paul à l'Aréopage d'Athènes, selon les Actes des Apôtres (17,34). Le récit biblique raconte la manière dont Paul, arrivé à Athènes, est conduit au tribunal, appelé l'Aréopage, par des philosophes curieux de sa prédication. Paul leur explique que l'autel qu'ils ont dédié au 'Dieu inconnu' (fig.1) s'adresse au Dieu des chrétiens mais il se heurte au scepticisme de la plupart d'entre eux. Seuls quelques uns se convertissent, parmi lesquels Denys l'Aréopagite et sa femme Damaris. Afin d'intégrer cette nouvelle donnée, l'auteur de la Passion précise que Denys l'Athénien, après sa conversion et son baptême par saint Paul, se mit à prêcher lui-même en tous lieux et arriva bientôt à Rome, où saint Clément, disciple de saint Pierre, le consacra évêque et l'envoya en Gaule à la fin du Ier siècle. La suite de l'histoire demeure inchangée.

Une double apostolicité

L'amplification de la légende a le mérite de conférer à Denis l'héritage d'une double apostolicité : à l'enseignement de l'apôtre Pierre transmis par Clément à Rome s'ajoute désormais la prédication directe reçue de l'apôtre Paul à Athènes. Par son baptême athénien et sa consécration épiscopale romaine, Denis/Denys devient un 'passeur' entre le monde grec et le monde latin, entre la chrétienté orientale et celle de l'Occident (fig.2). Proche de la royauté franque, l'abbaye de Saint-Denis a tout intérêt à promouvoir le culte d'un saint susceptible de représenter le symbole d'une conciliation entre les traditions romaines et byzantines. Le roi Dagobert a d'ailleurs instauré à Saint-Denis le rite de la louange perpétuelle, la laus perennis, d'origine orientale, qui voit se succéder des choeurs de moines chantant l'office nuit et jour sans interruption. En outre, Denys l'Aréopagite bénéficie déjà d'un culte répandu en Orient, où il est vénéré en tant que premier évêque d'Athènes (fig.3, au centre).

D'autres Denys l'Aréopagite ?

Au moment où l'abbaye de Saint-Denis introduit cette confusion, un corpus de textes philosophiques grecs attribué à Denys l'Aréopagite circule dans le monde savant. À l'heure actuelle, cette oeuvre connue sous le nom du Pseudo-Denys est attribuée à un philosophe néoplatonicien de la fin du Ve siècle mais elle fut longtemps considérée comme l'oeuvre authentique de l'Aréopagite. En outre, à partir du VIe siècle, un traité astronomique et une autobiographie fictive rédigés en langue syriaque sont également attribués à Denys l'Aréopagite. Dans ces textes, l'auteur raconte notamment qu'il a été le témoin d'un tremblement de terre et d'une éclipse de soleil (fig.4) au moment précis de la mort du Christ...


Figure 1 :

L'autel au 'Dieu inconnu'.
Vincent de Beauvais (1190 ?-1264 ?)
Miroir historial de Jean le Bon,
trad. Jean de Vignay (vers 1335)
Ms. Paris, Bibl. Arsenal 5080, fol. 107
 


Figure 2 :

Denys l'Aréopagite prêchant aux Athéniens.
Vincent de Beauvais (1190 ?-1264 ?)
Miroir historial de Jean le Bon,
trad. Jean de Vignay (vers 1335)
Ms. Paris, Bibl. Arsenal 5080, fol. 107
 


Figure 4 :

Denys observant l'éclipse.
Yves de Saint-Denis, Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (1317)
Ms. Paris,Bibl. Nat. fr.2090, fol.34



<<  Entre Paris et Saint-Denis  |  Denis, astronome et philosophe  >>

Inscrivez-vous aux visites

Site par ID-Alizés