seine saint denis

Une architecture remarquable

Le plan d'urbanisme

La cité-jardin de Stains est édifiée entre  1921 et 1933 par les architectes Eugène Gonnot et Georges Albenque.


Signature des architectes de la Cité-jardin de Stains

Ceux-ci en ont conçu le plan d'ensemble par rapport au centre ancien de la ville. Le nouveau quartier est une sorte de toile d'araignée dont la voirie constitue les fils et la place Marcel-Pointet, le centre : de larges avenues, rectilignes, rayonnent autour de cette place. Les immeubles sont disposés le long de ces avenues, parfois en retrait.

La Cité Jardin de Stains, photo aérienne
Photo aérienne de la Cité-jardin de Stains (décembre 2009)

Les rues, plus étroites, certaines curvilignes, sont bordées de pavillons, espacés les uns des autres. Un jardin d'ornement les sépare de la rue tandis qu'à l'arrière se déploie un jardin d'agrément où il est également possible de créer un potager. L'avenue Paul-Vaillant-Couturier est une artère commerçante, lieu d'affluence, réservant aux plus petites avenues et rues le côté résidentiel, moins passant. La hiérarchie entre les espaces est renforcée par l'implantation du végétal (arbres, haies, pelouses).

Les alignements d'arbres le long des larges avenues renforcent les perspectives "monumentales" pénétrant vers le cœur de la cité. Des placettes ponctuent le paysage urbain, tandis que des chemins se faufilent entre les jardins pour atteindre les coeurs d'îlots : de grands espaces verts accessibles uniquement à pied et parfois affectés à des jardins familiaux pour les locataires des collectifs.


Avenue Hainguerlot (actuelle Avenue Paul Vaillant Couturier, côté pavillons)


Avenue Hainguerlot (actuelle Avenue Paul Vaillant Couturier, côté commerces)


Rue du Vieux parc de Stains (actuelle rue Pierre Pierron)

L'architecture

Les logements se répartissent en immeubles collectifs (1220 logements) et en pavillons (456 logements), groupés par deux, trois, quatre, six ou huit. Les plans des immeubles sont déterminés par leur implantation urbaine : immeubles en T, en angle, à redents ou parallèles à la rue. Leurs éléments sont standardisés, mais l'ajout d'éléments types : bow-windows et balcons à colonnes (18 avenue de la Division Leclerc), parfois couronnés de tourelles (2 avenue de la Division Leclerc), différencient les façades.

Les maisons sont construites sur le même mode : utilisation de la brique recouverte d'un crépi moucheté coloré de plusieurs tons, avec des toits en tuile. La différenciation s'effectue par le traitement des ouvertures.
La cité-jardin de Stains est, véritablement, un exemple remarquable d'architecture pittoresque, en particulier pour ces groupements pavillonnaires. Toute la conception du bâti, de la composition générale des volumes aux éléments de base, jusqu'aux détails de couleurs et matériaux crée de la variété et bannit la monotonie tout en assurant une cohérence de style. Le caractère pittoresque se décline encore dans la complexité raffinée des associations autour de quelques types de fenêtres étroites ou hautes, portes d'entrées, porches cintrés…, auxquels s'ajoutent les contrastes de couleurs ou de matériaux à texture qui accrochent la lumière.


Détails de balcons - Immeubles de la cité-jardin de Stains

Le confort des logements

"Tout en tenant compte des conditions économiques et morales de la vie urbaine, il est possible d'assurer à la population laborieuse, manuelle et intellectuelle un logement présentant le maximum de confort matériel, des conditions hygiéniques de nature à éliminer les inconvénients des grandes villes et des modes d'aménagement esthétiques contrastant singulièrement avec la hideur des formules antérieurement pratiquées."

C'est ce qu'annonce Henri Sellier au Conseil général de la Seine en janvier 1919.

Le niveau de confort et d'hygiène de la cité-jardin de Stains est ainsi une véritable avancée pour l'époque. Tous les logements disposent de l'eau courante dès l'origine et 20 % environ sont équipés d'une salle de douche. Les logements les plus cossus autour de la place principale possèdent une salle de bain. Tous les logements possèdent des toilettes intérieures. Le chauffage est individuel et au charbon dans les logements en collectifs.

Partagez

Découvrez nos visites

Site par ID-Alizés