seine saint denis

Henri Sellier (1883-1943)

Portrait d'Henri Sellier en 1936Henri Sellier naît à Bourges le 22 décembre 1883 dans une famille ouvrière. Son père est contremaître à la Fonderie de Bourges. Sa mère, fille de cultivateurs plutôt aisés, tient une petite boutique de bijouterie-horlogerie. En 1907 Henri Sellier se marie avec Jessa Guitton, couturière puis employée de commerce. Ensemble ils ont deux enfants, Lucien et Janine.

Après les études primaires, Henri Sellier rentre au lycée de Bourges où il fait des études brillantes. Il obtient une bourse de l’État et rentre à l’École des Hautes Études Commerciales dont il sort diplômé en 1901 puis en1906 il est licencié en Droit à la Faculté de Paris.

De 1902 à 1907 il est employé dans différents établissements de la finance et du commerce puis rédacteur aux Ministères du Commerce et du Travail.

Engagement politique et politique du logement

Henri Sellier en familleDès sa quinzième année, Henri Sellier manifeste un goût pour la politique. Socialiste, membre de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO), il est considéré comme le petit-fils spirituel d’Edouard Vaillant. La pensée d’Henri Sellier est marquée par Jules-Louis Breton, adepte des doctrines de Vaillant et Léon Bourgeois, homme politique, Prix Nobel de la paix en 1920.

Henri Sellier est élu à 27 ans conseiller général du département de la Seine dans le canton de Puteaux. De 1910 à 1941 il est conseiller de la Seine et de 1927 à 1928 président du conseil général de la Seine.

Henri Sellier, administrateur-délégué de l’Office des Habitations à Bon Marché du Département de la Seine créé en 1915, se consacre aux problèmes urbains et plus spécifiquement au logement populaire. Il est à l’origine de la création de quinze cités-jardins édifiées entre 1920 et 1945 : Boulogne, Champigny-sur-Marne, Charenton le Pont, Chatenay-Malabry, Drancy, Drancy la Muette, Gennevilliers, Les Lilas, Maisons-Alfort, Plessis-Robinson, Le Pré Saint Gervais/Pantin, Stains, Vanves et Vitry-sur-Seine.

Discours d'Henri Sellier lors de la fête de la révolution de 1939Conseiller municipal de Puteaux de 1912 à 1919, Henri Sellier vient habiter Suresnes en 1915. Il est élu maire de Suresnes le 30 novembre 1919. Il s’efforce de faire de sa ville un exemple de cité et ce jusqu’en 1941. En 1927, Henri Sellier adopte un plan d’aménagement de la ville : politique du logement, construction d’une cité-jardin, équipements collectifs et organisation d’un service social municipal sont les points forts de la réorganisation de la ville.

L’action de Sellier se situe bien au-delà de Suresnes. En 1918, il fonde à Paris avec Marcel Poëte « l’Ecole des Hautes Etudes urbaines », la revue « La Vie Urbaine » et crée la Fédération Internationale de l’habitation et de l’urbanisme en 1937.

Il prend part à la constitution de l’Union internationale des villes dont il est le Vice-président à partir de 1920 et est à l’origine en 1925 de l’Union amicale des maires de banlieue.

Henri Sellier à l'exposition des arts et techniques de 1937De 1936 à juin 1937, il est nommé Ministre de la Santé publique sous le Front Populaire de Léon Blum.

Destitué de ses fonctions par le gouvernement de Vichy, le 22 juin 1941, il est arrêté par le Gestapo et détenu au camp de Compiègne pendant près d’un mois.

Il meurt à Suresnes le 23 novembre 1943. Malgré l’interdiction d’assister à ses obsèques, une foule impressionnante les suivit.

Partagez

Découvrez nos visites

Site par ID-Alizés