Vous êtes ici : Accueil  > 

L'ancienne usine Pernod dans le Bas Montreuil


L'ancienne usine Pernod à Montreuil

Lorsque la désindustrialisation intervient dans une ville, voire un quartier fortement marqué par l'implantation d'entreprises, c'est la vie de la commune entière qui en ressent les conséquences. Les ouvriers désertant le site, les commerces périclitent et c'est la mort annoncée de la vie du quartier. Fort heureusement pour l'ensemble du département de la Seine-Saint-Denis, les bâtiments d'activités désaffectés présentent pratiquement tous le même atout majeur : leur proximité avec Paris et leur accessibilité. En plus de leur qualité de construction, certains de ces bâtiments présentent un intérêt patrimonial non négligeable. Aussi, diverses opérations ont été menées dans le département pour transformer ces bâtiments en espace « multi-entreprises ». Certaines villes chargent des architectes de faire du neuf avec du vieux, menant avec succès des opérations de conversion de friches. À Montreuil-sous-Bois, plusieurs de ces opérations de conversions ont ainsi été menées par une société d'économie mixte, la Semimo-B. La première à en avoir bénéficié est l'usine de papiers peints Dumas, en 1985. Puis vient le tour de l'ancienne usine de tri de chiffons et dépôts de peaux sèches des frères Hugon, de l'usine de traitement des peaux de lapins Chapal ou l'ancienne biscuiterie la Basquaise réhabilitée par Paul Chemetov et Borja Huidobro. C'est grâce à l'une de ces conversions que l'ancienne usine Pernod a pu recouvrer une nouvelle jeunesse.

Le château d'eau de l'usine Pernod

En 1872, Ariste Hémard, un ancien cultivateur d'Eure-et-Loir, achète, à Montreuil, une ancienne distillerie dans laquelle il crée une fabrique de liqueurs. En 1900, l'entreprise produit les liqueurs prisées de l'époque comme l'absinthe, les liqueurs dites « amères » (comme la gentiane) et les spiritueux, mais aussi des sirops et des conserves de fruits. Lors de l'Exposition universelle de 1900, Ariste Hémard reçoit une médaille d'or. L'entrepreneur devient un édile de la communauté montreuilloise et se fait élire maire de la ville en 1900. En 1926, la société Hémard fusionne avec la maison Pernod Père et Fils, fondée à Montreuil en 1860, pour former les Etablissements Hémard et Pernod Fils. Sept années plus tard, la société possède dix usines dans toute la France et emploie plus de mille cinq cents employés dont la moitié à Montreuil. Mais, en 1974, l'usine ferme pour un regroupement à Créteil.

Quelques années plus tard, la Semimo-B engage une opération sur la ZAC Beaumarchais. Le programme prévoit différentes activités, des bureaux, des commerces et des logements. La construction d'un immeuble à vocation d'habitation a pour fonction d'assurer la continuité urbaine sur l'avenue, tandis que les activités sont concentrées en cœur d'îlot. Lors de la conversion du lieu, la volonté de préserver sa mémoire est imposée dans le cahier des charges des architectes. Cette volonté s'est traduite par la conservation partielle du site. À remarquer tout particulièrement, l'ancien château d'eau qui, dans une moindre mesure mais à l'image de celui de l'ancienne imprimerie de L'Illustration, marque le paysage. Il a été transformé en bureaux lors de sa réhabilitation. Il est possible de visiter l'ancien quartier industriel du Bas Montreuil, dans le cadre de balades urbaines.

L'ancienne usine Pernod dans le Bas Montreuil

L'ancienne usine Pernod dans le Bas Montreuil
87 rue de Paris

93100 MONTREUIL
48.8565762 , 2.429710999999997
Accès Accès
Vélib' : 31007 - PARIS 1 (MONTREUIL) (20m)
Vélib' : 31005 - PARIS 2 (MONTREUIL) (24m)
Vélib' : 31013 - CENTENAIRE (MONTREUIL) (27m)
Vélib' : 31006 - REPUBLIQUE 2 (MONTREUIL) (50m)

 
Afficher les lieux à proximité

Site par ID-Alizés