Vous êtes ici : Accueil  >   > 

Villetaneuse


Villetaneuse est en partie façonnée par ces petites maisons à caractère social, comme les aurait rêvées Jean Jaurès, et qui n’oublie pas que le sculpteur César eut ici son atelier.

Plusieurs hypothèses au nom de la cité dont celle de "villa tanosa", lieu où l'on traite le tan, l'écorce du chêne planté dans le bois proche. Villetaneuse fut village maraîcher au tournant du siècle, bourg ouvrier dans les années trente, avant de devenir la collectivité d'aujourd'hui. Images d'avant même le village, au temps où il n'y avait là qu'un hameau et une chapelle au milieu des bois : celle, dorée, de l'élégante vierge de bois drapée dans un manteau d'or. La statue, retrouvée dans une chapelle de la route de Saint-Leu et restaurée par les Beaux-Arts de Cambrai, est conservée à l'église Saint-Liphard, toute neuve, remarquable par l'harmonie de ses formes et la beauté de ses vitraux modernes. Elle a conservé une cloche de bronze, seul élément de l'ancien édifice religieux de 1857, détruit suite à l'effondrement de son plafond.

Le patrimoine architectural de Villetaneuse

Images du village au tournant du siècle, qui comptait 800 âmes, avec "le Château", 4 avenue Victor Hugo, devenu aujourd'hui centre culturel. Construit pour un propriétaire de carrières de gypse, c'est une maison bourgeoise ornée d'un grand balcon de briques, de fenêtres étroites à l'anglaise, d'un escalier de bois taillé à la fin du XIXe, et de plafonds à caissons en bois peint. Voir aussi les petites maisons Saint-Vincent-de-Paul, lotissement social comme le rêvait Jean Jaurès. Images du bourg des années trente, le groupe scolaire en briques "Jean-Baptiste Clément", sur la place du même nom, rénové en 1996. Avec les jardins ouvriers au bout de la rue Henri-Barbusse et derrière l'école Anne Frank, ils constituent les derniers vestiges de cette période. Images d'après-guerre, dont certaines s'effacent petit à petit comme l'atelier de César, dans l’ancienne usine métallurgique "les ateliers de Villetaneuse", avenue de la Division Leclerc. Il reste toutefois du fameux sculpteur une belle Vénus de 1962, qui trône au cœur de la ville.

Les constructions témoignent des modes qui ont traversé la seconde moitié du siècle en matière d'habitat : la cité Maurice Grandcoing, seule à sacrifier dans cet après-guerre où on avait tant besoin de logements, au goût de l'urbanisme vertical, avec ses trois tours ; la cité Ozanam où déjà on se limitait à trois étages ; la cité Renaudie tout en terrasses, en angles, en décrochage. En plein cœur de la ville, elle est, avec celles d'Ivry et la Maladrerie d'Aubervilliers, l'un des trois fleurons de cette architecture si particulière des années 70-80 héritée du Bauhaus allemand, que des curieux du monde entier viennent visiter.

Plus tard apparaîtront les nouveaux édifices du centre-ville, de taille plus réduite, plus humaine sans doute, comme les constructions dentelées à la flamande de l'architecte Lyonnet, qui entourent l'immeuble aux reflets, le bel Hôtel de ville de Nina Schuch. L'université de Villetaneuse, Paris XIII, a été bâtie en 1970 au milieu d'un grand verger. Souvenirs du village où tout a commencé, il reste, en façade sur l'avenue de la Division Leclerc. les silhouettes alignées de dizaines de poiriers.

Autour de Villetaneuse

À voir également à proximité de Villetaneuse : le patrimoine d'Epinay-sur-Seine, commune limitrophe. Ne manquez pas également les visites de sites industriels en Ile-de-France. Le cycle de visites s'étend toute l'année dans des différentes villes de la région. Vous pourrez également participer à de nombreuses promenades et balades guidées sur inscriptions dans d'autres villes franciliennes ainsi qu'aux visites culture et création de Plaine Commune. Aux beaux jours, embarquez sur les voies d'eau du Grand Paris pour des découvertes au fil de l'eau.

Informations pratiques :


Site par ID-Alizés