seine saint denis

Le tombeau de François Ier et Claude de France

Tombeau de François Ier et de Claude de France. P.Lemaître © CMNFrançois Ier, roi de France de 1515 à 1547, et sa première épouse Claude de France. Premier représentant de la dynastie des Valois-Angoulême.

Un tombeau typique de la Renaissance

Le tombeau de François Ier, de sa femme Claude de France et de trois de leurs enfants, fut installé en 1558, environ dix ans après la mort du roi. Ce monument funéraire à deux étages en marbre blanc et marbre noir est l'œuvre de Philibert Delorme. Il s'inspire de l'arc de triomphe de Septime Sévère, à Rome.

À l’intérieur du tombeau, le couple royal est représenté à taille réelle avec un réalisme saisissant. François Ier mesurait près de deux mètres. Sur la plate-forme supérieure, les souverains agenouillés sont accompagnés de trois de leurs enfants. Ces priants expriment l’espoir en la Résurrection mais aussi le caractère familial du mausolée. Malgré les conditions de vie très difficile car toujours en mouvement d’un château à un autre Claude de France va donner naissance à sept enfants. Elle décède à 24 ans des suites de ses nombreuses grossesses et fausses couches.

Le bas relief, un hommage à la victoire de François Ier à Marignan

La volonté d’Henri II, fils du défunt et commanditaire du projet, était d’assurer la mémoire posthume du roi chef d’armée et chevalier, en exaltant la célèbre bataille de Marignan dont il fut le vainqueur à l’âge de 20 ans. Ce qui est frappant, c’est l’extrême précision documentaire du bas-relief, qui se trouve sur l'avant du monument et retrace la bataille de 1515 qui eut lieu près de Milan. Il détaille plusieurs épisodes : les préparatifs, le passage des Alpes et l’affrontement des armées. À la tête de l’armée française et des mercenaires allemands, François Ier en chevalier, reconnaissable à son monogramme F inscrit sur la selle de son cheval ; à ses côtés, le chevalier Baillard qui affronte une coalition regroupant des Italiens, l’armée pontificale et les Suisses.

Bas-relief du tombeau de François Ier et Claude de France. © Pascal Lemaître - Centre des monuments nationaux.
Bas-relief du tombeau de François Ier et Claude de France. © Pascal Lemaître - Centre des monuments nationaux.

L'urne de cœur de François Ier

Urne de coeur de François Ier, oeuvre de Pierre Bontemps (1556). P. Lemaître © CMNDans l’abbaye de Hautes-Bruyères, près de Rambouillet, on inhuma le cœur et les viscères du roi. La pratique de l’éviscération perdurera au XVI e siècle.

On renoue aussi avec cette pratique antique qui consistait à placer cœur et entrailles dans des urnes funéraires. Celle sculptée en marbre par Pierre Bontemps, aujourd’hui dans la basilique, célèbre un François Ier mécène et protecteur des artistes. Les décors à cartouches représentent l'Architecture, la Géométrie, la Sculpture et la Peinture. On y trouve aussi l’emblème du roi, la salamandre, symbole de courage et d'éternité. L'utilisation de la symbolique animalière dans la sculpture est une pratique pérenne et extrêmement fréquente héritée du Moyen-âge.



<<  Louis XII et Anne de Bretagne  |  Henri II et Catherine de Médicis  >>

Inscrivez-vous aux visites

Site par ID-Alizés